AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 you must not come lightly to the blank page — nat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Natalia Lindberg
avatar
with my feelings on fire, guess i'm a bad liar

petits mots : 427

⇥ my note-book.
availability: 〉close 2/2 (tate, lexie)
contact book:

MessageSujet: you must not come lightly to the blank page — nat   Sam 18 Mar - 17:39



Natalia Lindberg
"if how we turn out is all about how our mother is,
then i'm pretty screwed."

©scarlettdaily/shameless.

- nom complet : Natalia Sara Chenal-Lindberg. Un long patronyme qui donnerait des complexes à n’importe qui, d’où la nécessité pour la principale intéressée de raccourcir le tout. - âge : Elle est née le 12 décembre 1990, donc 26 ans - origines et nationalité : On pourrait s’attendre à ce que Nat ait des origines slaves, mais pas du tout. Ses traits nordiques, elle les doit aux racines juives-danoises de son père, Rudy, dont les ancêtres ont émigré aux Etats-Unis à un moment donné. Son élégance, quant à elle, elle la tient de sa mère, Madeline, française pure souche. Malgré cet héritage chargé, elle est née aux Etats-Unis, à Toledo, Ohio, et sa nationalité est belle est bien américaine. - profession : Libraire à temps-plein, sa boutique est accolée à celle de sa grand-mère, Sara, antiquaire. Elle est surtout écrivain à temps-partiel. - statut civil : Nat a eu des amourettes d’étudiante, rien de plus – deux, en tout. Etant donné sa réticence à s’engager dans ce genre d’affaire, le célibat est un statut qui lui convient parfaitement. Ses rares amis, et sa grand-mère, très investie dans la vie amoureuse de sa petite-fille, ont bien essayé de lui trouver chaussure à son pied en l’inscrivant sur des sites de rencontres, mais elle s’obstine à se considérer heureuse comme elle est. C’est-à-dire seule. - situation financière : Natalia n’a jamais manqué de rien. Néanmoins, et même si les Lindberg sont issus d’un milieu aisé, elle n’en a jamais directement profité. Ce n’est pas tant le succès de son premier livre qui lui a permis de jouir d’un compte en banque solide, le salaire d’un écrivain restant relatif et inconstant même en cas de triomphe, mais plutôt sa volonté farouche de se débrouiller par ses propres moyens. Elle a toujours travaillé, qu’importe ce que cela impliquait, ce qui lui a permis d’épargner pour mener à bien ses projets. - traits de caractère : patiente; butée; instruite; peut parfois agir en donneuse de leçon; très pudique émotionnellement parlant, au point de se provoquer des crises d’anxiété tant elle prend sur elle et intériorise; a tendance à faire le contraire de ce que l’on attend d’elle par pur esprit de contradiction; indépendante; ne sort de ses gonds que quand on la met au pied du mur, ce qui peut devenir insupportable dans certain cas de figure; bosseuse; donne l’impression d’être inaccessible, or c’est tout l’inverse; impressionnable face à la violence et aux éclats de voix; indulgente avec les autres, très peu avec elle-même; loyale; pitoyable menteuse; intuitive; vieux jeu, mais dans le bon sens. - groupe : in the moment.


climbing uphill—
- en quelques lignes, à quoi votre vie ressemblait-elle il y a cinq ans ? A une succession de refus et de désillusions. Revoir son plan de carrière, ce n’est pas toujours évident, et Nat se traînant une panoplie d’incertitudes comme des boulets, ça n’a définitivement pas été de tout repos d’admettre qu’elle avait vu un peu trop grand pour son avenir. - depuis ce jour quels ont été les améliorations et les déclins dans votre vie ? Tout n’a été qu’améliorations, au final. Elle a réussi à prouver aux sceptiques qu’elle était capable de se détacher de l’image qu’elle reflétait, et de son héritage familial. Cependant, l’ombre de sa mère plane toujours au-dessus de sa tête, et c’est parce qu’elle garde des traumatismes évidents de son enfance, qu’à ses propres yeux, c’est toujours difficile aujourd’hui d’accepter qu’elle vaille vraiment quelque chose. Elle le cache bien, mais son anxiété est réelle et néfaste pour son futur. - quelles sont vos principales motivations dans la vie ? Dans le passé, Nat n’aurait pas tenu ce discours. Pourtant, sa famille est l’une de ses principales motivations – réapprendre à vivre entourée de gens bienveillants a été une expérience surnaturelle à bien des niveaux, mais elle a acquis de belles valeurs familiales qui l’aident à gérer ses difficultés relationnelles, et à avancer dans la bonne direction. Prouver de quel bois elle se chauffe est aussi un moteur, tout comme son indépendance.  - pour vous, qu'est-ce que rockland représente ? La liberté. - placez les termes suivants dans l'ordre d'importance, selon vous: famille, amitié, amour, argent, estime de soi, carrière. famille, amitié, carrière, amour, estime de soi, argent. - imaginez et décrivez nous une vie idyllique. Nat a depuis longtemps cessé de croire en une vie idyllique. Elle a beau avoir l’imagination débordante de l’écrivain qu’elle est, elle s’est fait une raison ; la vie idyllique n’existe pas. En revanche, elle est imprévisible, il n’y a pas de doute. - quels sont vos vœux et vos envies pour les cinq prochaines années ? Trois fois rien : que sa librairie fonctionne, et qu’on ne lui mette pas la pression pour écrire un potentiel second livre.


i'll be there soon—
- incipit.
Les parents de Natalia, Rudy et Madeline, ont tous les deux flirté avec la célébrité. Sa mère était la vedette d’un soap-opéra tourné dans l’Ohio, avant d’être évincée à cause de sa première grossesse. Son père quant à lui est écrivain, et est une véritable référence dans l’univers de la littérature d’horreur grand public. Se décrivant lui-même comme le Stephen King pour enfants, son succès lui a rapporté de nombreux prix, ainsi qu’un poste ponctuel de conférencier à l’Université de Cincinnati.
Élevée à Toledo, Nat évolue dans un environnement aisé, et commence les concours de beauté à dix-huit mois sous la coupe de sa propre mère. Frustrée de n'avoir pu mener sa carrière plus loin, elle reporte son ambition sur sa fille en délaissant l'éducation de son premier et unique fils, Dorian.

- chapitre un: the 90’s.
Malgré l’opulence et le confort dus à la réputation de ses parents, Natalia grandit pourtant dans les critiques et le malaise permanent. Renfermée sur elle-même, elle a toujours été menée à la baguette par Madeline qui n'éprouvait aucune honte à la qualifier comme son gagne-pain. Tout ceci entraîne d’ailleurs des conflits dans le couple Chenal-Lindberg. Ne pouvant supporter plus longtemps la pression féroce qu'exerce son épouse sur leur fille, Rudy quitte la maison, non sans tenter d’emmener ses enfants avec lui, et demande le divorce. S’en suit une bataille juridique secrète entre les deux partis pour la garde de leurs enfants. Les coups bas étant la discipline phare de Madeline, elle fait dresser une mesure d’éloignement pour empêcher son ex-époux, et sa famille directe, de communiquer avec Dorian et Natalia
Rudy continue néanmoins à prendre des nouvelles d’eux par courrier, et par le biais de missives touchantes et hebdomadaires, transmet à sa fille l'amour de la littérature. Or, son ex-femme ne voit pas cette nouvelle passion d'un très bon œil, et devient plus virulente avec Nat. Elle ne la frappera jamais, mais les humiliations deviennent très violentes verbalement. Cette fois, c'est Dorian qui ne supporte plus cette situation, et qui quitte la maison, laissant sa petite-sœur derrière lui. Natalia sait qu’elle ne fait pas le poids contre sa mère, et accepte la situation sans broncher. Elle se retire définitivement dans sa bulle, activant la fonction autopilote de son mécanisme. Scolarisée à la maison, elle trouve refuge dans la lecture, et surtout dans l’écriture de journaux intimes.

- chapitre deux: the 00’s.
C'est l'idée que Rudy et Dorian viendront la chercher un jour qui lui permet de garder la tête haute. Et elle a raison de s’accrocher, car à l’aube de ses 15 ans, son quotidien est bouleversé.
Les Lindberg, sa grand-mère Sara incluse, mettent un coup de pied dans la fourmilière, et se battent pour l’arracher des griffes de Madeline, propulsant Nat dans une nouvelle bataille juridique ostensible, cette fois-ci. Malgré la colère rentrée qu’elle éprouvait à l’égard de sa mère, elle ne s’est jamais rebiffée contre elle, agissant aussi docilement que possible pour s’assurer la paix. Mais lorsque le verdict est prononcé, et que sa garde lui est définitivement retirée, elle explose enfin en crachant toute sa rancœur au visage de Madeline. Ce sera la première fois que Nat craquera, mais aussi la dernière fois qu’elles se verront. Madeline Chenal met fin à ses jours le soir-même.
A 16 ans, Natalia choisit de vivre avec sa grand-mère dans le Maine, à Rockland, plutôt qu’avec Rudy et sa nouvelle famille dans l’Ohio, à Toledo, craignant secrètement de devenir l’intruse qui détruira sa nouvelle vie de famille – il s’est remarié avec Lorna, une lectrice dans la maison d’édition avec laquelle il travaille depuis des années, et ils ont eu une fille, Evie. Elle ne l’exprimera pas de cette façon cependant, prétextant avoir besoin d’espace et d’indépendance. Ce n’est d’ailleurs pas un mensonge, car cette indépendance, Nat l’embrasse à pleine bouche dès son entrée au lycée.
Travailleuse, et portant sur son dos le besoin vital de faire ses preuves, elle accepte néanmoins la proposition bienveillante de sa grand-mère de l’employer dans sa boutique d’antiquités comme renfort pour lui permettre d’économiser en vue de son entrée à l’Université du Maine – qu’elle rejoindra sans l’aide de quiconque, et surtout pas du portefeuille de son père.
Décidée à étoffer sa passion pour les Lettres, et rêvant d’une carrière d’écrivain, tout semble bien aller pour elle. Sauf que Sara constate que l’autorité de Madeline a eu un impact désastreux sur sa petite-fille qu’elle ne voit plus que le weekend, son emploi du temps d’étudiante l’ayant poussée à s’installer sur le campus en semaine. Natalia travaille sur ses névroses cependant, et parvient à passer outres ses craintes de se faire juger en soumettant sa première nouvelle à un gratuit affilié au Portland Press Herald.

chapitre trois: the last five years.
Son avenir semble tout tracé, tandis qu’elle continue son cursus universitaire pour affiner ses notions. En parallèle, elle s’arme de courage, et tente sa chance après avoir terminé d’écrire sa deuxième nouvelle. Mais elle peine à percer dans le milieu, à cause de son aversion pour le piston dont on lui propose d’user pour se faire un nom dans le monde de l’édition. Son père insiste même lourdement pour appuyer ses projets : elle refuse tout net, et après plusieurs entretiens peu concluant avec des éditeurs, elle se résigne en retrouvant, le weekend et pendant les vacances scolaires, sa place derrière la caisse-enregistreuse de la boutique d’antiquités de Sara.
Elle finit par se dégoter un poste d’assistante bénévole à la bibliothèque universitaire du Maine. Manipuler des livres, conseiller les étudiants et les professeurs lui fait prendre conscience que, peut-être, elle doit revoir ses ambitions à la baisse et accepter que son talent ne vaille pas grand-chose, en définitive. Et pour de bon, elle s’installe à Orono.
Sa vie prend alors un tournant intéressant, dès lors qu’elle fait la rencontre de Tate Bartowski dont l’histoire familiale l’intrigue. Elle tombe sur le journal de son père, survivant de la Shoah, qu’il avait égaré dans la cage d’escaliers de l’immeuble qu’ils occupent à des étages différents. Sentant l’enthousiasme la gagner, elle lui propose de travailler sur la publication de ce trésor inestimable, et après une négociation verbale assez musclée, il accepte… à condition qu’il se joigne, lui aussi, au projet.
Nat y croit. Tellement que pour la première fois de sa vie, elle demande de l’aide à Rudy qui se porte garant pour prendre en charge le développement du projet de sa fille. Mais ce n’est clairement pas une promenade de santé : Tate et Nat peinent à s’apprécier et se disputent, jusqu’à atteindre un point de non-retour. Ce qui sauvent leur collaboration à ce moment-là, c’est leur volonté de faire les choses bien pour Pawel, qui est gravement malade.
Ils font table-rase, et leur collaboration s’apaise, faisant du journal de Pawel Bartowski un véritable événement dès sa sortie. Scars and Souvenirs est publié à la fin de l’année 2016.
Pendant près de trois ans, ils coopèrent donc. Entre conférences et promotion, leurs différends s’estompent, en même temps que le succès est au rendez-vous, pour laisser la tension qui électrise leur rapport permuter en un flirt discret, qui atteindra son paroxysme lorsqu’ils passeront la nuit ensemble.
Rien de très sérieux ne découlera de cette aventure – si ce n’est qu’ils recommenceront, sans pour autant mettre d’étiquette sur le temps qu’ils aiment passer ensemble. Grace aux revenus amassés par la vente de Scars and Souvenirs, Nat achète la boutique abandonnée jouxtant celle de sa grand-mère, et s’installe de nouveau à Rockland. Car malgré le succès de sa première publication, son inspiration est capricieuse. De ce fait, elle nourrit un autre rêve qui lui apparaît comme étant plus sûr, sans pour autant trahir sa passion pour les livres : ouvrir sa propre librairie à Rockland, ce qu’elle fera en mars 2017.

table des matières.
01. Nat est toute petite 02. est végétarienne 03. a participé à nombre de concours de beauté pendant son enfance et son adolescence 04. achète systématiquement les livres de son père quand elle en voit un dans une librairie, ce qui fait qu'elle a plusieurs fois le même exemplaire du même livre dans sa bibliothèque personnelle 05. parle couramment le français de par ses origines maternelles, et a acquis de très bonnes notions de polonais durant son travail sur le journal de Pawel Bartowski 06. conservait un carnet offert par sa grand-mère dans lequel elle gardait tous ses écrits, même les plus vieux – il était si gros qu'elle avait consolidé le tout avec des agrafes, des trombones et du scotch, avant que Tate ne lui en offre un tout neuf dont elle a fait le même usage, et qui connaîtra sans aucun doute le même sort que celui de sa grand-mère 07. son film préféré de tous les temps reste et restera Dirty Dancing ; le tube phare de ce chef-d'œuvre cinématographique est la sonnerie de son téléphone portable, et la mélodie a le don de l’apaiser lorsqu’elle fait des crises d’angoisse dont elle est victime parfois 08. a été élevé de façon à ce qu'on ne lui impose pas de religion, bien que son père soit de confession juive, et que sa mère était de confession catholique 09. a appris à jouer du piano très tard, et n’est pas particulièrement douée pour ça, malgré sa bonne volonté – en revanche, il lui arrive de chantonner plutôt bien 10. aime la musique en générale, le jazz en particulier, même si on serait en droit d’en douter lorsqu’elle débite les chansons du top 50 pour d'obscures raisons ; de Nicki Minaj à Miley Cyrus, elle a de nombreux plaisirs coupables en la matière, au grand dam de ses voisins 11. ne boit pas d'alcool, très très vite enivrée 12. possède deux tatouages très discrets – l’un invisible à l’œil des curieux, et situé à la naissance de ses hanches ; l’autre à l’intérieur de son poignet gauche 13. ne sait absolument pas mentir.


- pseudo/prénom : ssoveia, Sophie - âge : 26  - pays/région : France - où avez-vous connu le forum : Via votre projet posté sur Bazzart  :mini:  - vos commentaires : Je suis émerveillée devant votre forum ! Tout est tellement doux et parfait et :sad:  - autre :  :sad: bis !
Code:
[b]Scarlett Johansson[/b] <t5>//Natalia Lindberg</t5>


Dernière édition par Natalia Lindberg le Sam 29 Avr - 19:41, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ginny Holloway
avatar
leave this blue neighbourhood.

petits mots : 624

⇥ my note-book.
availability: free (3/4).
contact book:

MessageSujet: Re: you must not come lightly to the blank page — nat   Sam 18 Mar - 17:57

Je savais que tu l'as prendrais, mais tellement de bonheur de voir Scar. :sad: :sad:
Bienvenue sur le forum. :mini: Si tu as besoin de quoi que ce soit, n'hésite pas ! :rose:

_________________
Some people can't get success with their art. Some people never feel love in their heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

petits mots : 78

⇥ my note-book.
availability: (3/3) free.
contact book:

MessageSujet: Re: you must not come lightly to the blank page — nat   Sam 18 Mar - 17:58

Ça fait plaisir de voir Scarlett, elle est belle. :resp: :dead: :eyes2:
Bienvenue par ici. :eyes:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Natalia Lindberg
avatar
with my feelings on fire, guess i'm a bad liar

petits mots : 427

⇥ my note-book.
availability: 〉close 2/2 (tate, lexie)
contact book:

MessageSujet: Re: you must not come lightly to the blank page — nat   Sam 18 Mar - 18:08

Scarlett fait toujours son petit effet :perv:

Merci beaucoup pour l'accueil ! :mini: (vous aussi vous êtes beaux, en passant :eyes: )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: you must not come lightly to the blank page — nat   Sam 18 Mar - 21:54

Bienvenue et bon courage pour ta fiche! :mini:
Revenir en haut Aller en bas
Natalia Lindberg
avatar
with my feelings on fire, guess i'm a bad liar

petits mots : 427

⇥ my note-book.
availability: 〉close 2/2 (tate, lexie)
contact book:

MessageSujet: Re: you must not come lightly to the blank page — nat   Sam 18 Mar - 23:17

Merci Hazel :sad:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ginny Holloway
avatar
leave this blue neighbourhood.

petits mots : 624

⇥ my note-book.
availability: free (3/4).
contact book:

MessageSujet: Re: you must not come lightly to the blank page — nat   Sam 18 Mar - 23:23

J'adore Nat, son caractère et son histoire. :resp: :resp:
Je te valide avec plaisir, j'ai hâte de te lire et de voir Nat évoluer. :mini:

_________________
Some people can't get success with their art. Some people never feel love in their heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Natalia Lindberg
avatar
with my feelings on fire, guess i'm a bad liar

petits mots : 427

⇥ my note-book.
availability: 〉close 2/2 (tate, lexie)
contact book:

MessageSujet: Re: you must not come lightly to the blank page — nat   Sam 18 Mar - 23:31

Merci beaucoup Ginny :scream: Pour la validation et les compliments !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: you must not come lightly to the blank page — nat   

Revenir en haut Aller en bas
 
you must not come lightly to the blank page — nat
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Vends] Point Blank, side neuf, marquee neuf 300 euros
» [Vds] Point Blank 2
» Point Blank X
» Meera Reed et agenda Cité des Ombres
» Disposable Heroes and Coffin for Seven Brothers (15 mm)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE LAST FIVE YEARS. :: (who am i) :: sweet disposition :: on the road-
Sauter vers: