AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (2017) IRL over cocktails ; ft. natalia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lexie Preston
avatar
spice up your life

petits mots : 68

⇥ my note-book.
availability: currently playing ; natalia, moïra (tickets still available)
contact book:

MessageSujet: (2017) IRL over cocktails ; ft. natalia   Ven 12 Mai - 16:44

Lexie n'était pas d'un tempérament anxieux. Surtout quand il s'agissait d'interactions sociales. Elle n'était qu'extraversion, puisant son énergie dans les foules denses et se nourrissant du contact avec les autres, que ce soit par de longues conversations autour d'une tasse de thé dans un salon cosy ou des danses endiablées sous les lumières ultra-violettes d'un club sale. Alors rencontrer des gens ne lui faisaient pas peur, au contraire, elle adorait ça. Elle était la fille pompette qui vous invite à rejoindre sa table quand le bar est plein, la personne un peu envahissante qui tapent la causette aux gens dans la file d'attente des impôts. Son métier même était fondé sur les rapports sociaux et leur exploration. C'est ce qu'elle avait étudié même. Les gens, c'était son rayon. Et pourtant. Ce soir, la rousse était nerveuse. Pas beaucoup. C'était même plus de l'excitation, un sentiment de hâte. Mais, elle savait écouter les signaux de son corps, après toutes ces années à dire aux adolescents de faire pareil. Alors la jeune femme sentait ses épaules nouées, ses mains un peu fébriles, sa respiration saccadée. Et même si ce n'était pas un sentiment familier, elle le reconnaissait. De la nervosité. Cet état d'appréhension et de joie que décrivaient régulièrement les participants de First Dates. Intéressant. Il faut dire que c'était une rencontre longtemps attendue, souvent planifiée mais qui n'avait jamais pu aboutir jusqu'à maintenant. Pourtant, elle n'allait pas à un rencard. Quoique. Pouvait-on parler de rencard amical? Les codes sociaux et les normes hétéronormatives rendaient sans doute cela difficile, mais c'était un peu ça.

C'était loin d'être un premier rendez-vous, cela dit. Elle connaissait Natalia depuis très longtemps finalement. De vue d'abord, sa chère grand-mère aimant à traîner ses petites filles aux soirées mondaines de la ville, que nana Lindberg manquait rarement et où Nat était elle aussi entraînée. Et en ville, comme ça, parfois. Puis elles s'étaient écrit, longtemps, comme des protagonistes d'un roman de Jane Austen renouant autour de leur amour de leur littérature et du hashtag #ootd. A chaque fois qu'elle prenait le temps de s'attarder un peu sur cette extraordinaire amitié qu'elles avaient lentement mais sûrement tissée, Lexie s'étonnait. D'abord, d'avoir eu la patience et la persévérance d'entretenir cette correspondance. Ses camarades de l'université lui répétaient constamment qu'elle était une amie déplorable, qui ne savait pas rester en contact. Et ce n'était pas complètement faux. Elle ne pensait pas à appeler, envoyait des photos de chatons ou des citations rigolotes de nulle part puis n'écrivait plus de messages pendant trois semaines. C'était un cauchemar d'organiser des retrouvailles trans-Atlantique, elle était toujours occupée et un peu fauchée. Mais bizarrement, quand il s'agissait de sa soeur, de certains de ses proches amis d'enfance ou de vraies rencontres, elle trouvait le temps de Skyper, de réserver une chambre d'hôtel lors de ses multiples déplacements professionnels. Contrairement à ce que sa mère avait longtemps cru, Lexie Preston avait le sens des priorités.

Par contre, la ponctualité, c'était une autre paire de manches. Elle allait être en retard. Elle accompagna donc son snap d'une légende, pour s'excuser d'avance. Natalia lui avait toujours semblé compréhensive et maintenant qu'elles avaient du temps pour se voir en personne, cette supposition allait régulièrement être testée. La jeune anglaise ferma rapidement son ordinateur, vérifiant toutefois que sa deuxième vidéo de la semaine était correctement programmée. Elle s'était déjà fait avoir trop souvent. Enfin prête, elle jeta un dernier coup d'oeil dans le miroir de la salle de bains et lissa sa combinaison, dont le vert émeraude faisant joliment ressortir sa tignasse. Un dernier câlin à George Michael - son chien - et elle fila vers le centre-ville au volant de sa Mini. Garée de façon approximative, mais tout à fait légale, Lexie se dépêcha de rejoindre le meilleur bar à cocktails de la ville, une extravagance qu'elle ne s'autorisait que rarement. Parce que ce n'est pas les revenus publicitaires Youtube qui allaient payer ses margaritas. Mais c'était une grande occasion, qui méritait d'être fêtée comme il se doit.

Elle scanna rapidement la salle tamisée du regard et trouva sans mal la chevelure blonde et la silhouette pulpeuse de son amie. Un sourire rayonnant aux lèvres, elle s'approcha à grands pas, ses éternels talons claquant bruyamment sur le plancher poli. « Saluuuut ! » Sa voix éclatante fit tourner quelques têtes et froncer quelques sourcils, mais la jeune Preston s'en moquait éperdument. Sa nervosité s'était envolée à la minute où elle avait aperçu Nat, la joie de la voir surpassant ses autres émotions. « Ca va? Merci d'avoir attendu, j'espère que tu n'es pas là depuis trop longtemps. Tu es superbe en tout cas ! » Comme toujours, de ce qu'elle avait pu voir sur divers réseaux sociaux, Natalia Lindberg était lumineuse, au pire, renversante, au mieux. Un serveur apparu dans son champ de vision et tout en s'installant en face de son amie, elle l'interpella d'un grand geste du bras, sans une once de discrétion bien entendu. « Un white russian et ce qu'elle voudra, c'est pour moi. » Sa plateforme de travail était peut-être en crise, mais Lexie n'en était pas moins l'héritière du clan Preston et cela présentait des avantages. En attendant le retour de leur serveur, possiblement pré-adolescent au vu de son visage chérubin et acnéique, elle se pencha vers la blonde et démarra ce qui serait sans doute une longue conversation. « Alors, racontes-moi tout. Comment tu vas, tu en es où de la librairie? Et ta grand-mère, elle devient quoi? »


Dernière édition par Lexie Preston le Mer 17 Mai - 16:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Natalia Lindberg
avatar
with my feelings on fire, guess i'm a bad liar

petits mots : 427

⇥ my note-book.
availability: 〉close 2/2 (tate, lexie)
contact book:

MessageSujet: Re: (2017) IRL over cocktails ; ft. natalia   Lun 15 Mai - 17:53

Le talon de ses escarpins crissa sur les pavés de la place de la fontaine lorsque son téléphone portable vibra dans le creux de sa main gauche, traduisant l’état d’allégresse dans lequel Natalia se trouvait. Fissa, elle jeta un regard furtif par-dessus son épaule pour vérifier que personne ne l’ait surprise à sursauter de la sorte, et après avoir arrangé, l’air de rien, la ligne de sa chevelure à demi tressée, elle consulta ses notifications avec une frénésie incontrôlable. Elle laissa un franc sourire craqueler le rouge crémeux qui peignait ses lèvres, s’amusant des excuses de Lexie dont la frimousse espiègle surgit sur toute la largeur de son écran. Avec un emoji, elle valida la couleur de sa tenue qui mettait en valeur le roux naturel de ses cheveux et faisait ressortir ses grands yeux éclatants de bonne humeur. Contrairement à sa comparse, Nat était plus encline à la nervosité – elle savait parfaitement la dissimuler, l’expérience l’ayant forgée dans ce domaine, n’empêche qu’elle était pourtant profondément ancrée en elle. Néanmoins, malgré son effervescence à l’idée de rencontrer la jeune femme, elle était étonnamment sereine ce soir-là. C’était peut-être à cause de sa journée à la boutique. Elle s’était passée avec juste ce qu’il fallait d’imprévus, de quoi la rasséréner quant à la suite des évènements. Même s’il y avait toujours un petit quelque chose lui pesant sur le cœur, son quotidien étant devenu beaucoup plus tranquille que celui qu’elle avait vécu au cours de ces trois dernières années de travail intense avec Tate, elle avait pris de bonnes habitudes avec la librairie, ouverte depuis quelques semaines maintenant. Son équipe de vendeurs étaient bien préparée, plus que qualifiée, sympathique et sortant de l’ordinaire, tout comme elle l’avait souhaitée, et sa clientèle commençait à se dessiner sans que Sara ne s’échine à intervenir, jouant de menaces creuses, pour que ses amies viennent s’approvisionner en livres chez sa petite-fille. Surtout, les listes pour les ateliers qu’elle avait à cœur de mettre en place commençaient à se remplir, la mettant au défi de planifier le tout pour satisfaire les attentes de ceux qui rejoindraient prochainement l’aventure. Elle en était ravie, touchée par l’intérêt suscité par son entreprise. Natalia avait d’ailleurs eu bonne presse, ce qui avait dépassé de très loin toutes ses espérances. Ainsi, son envie de bien faire la coupait des quelques difficultés qu’elle vivait à l’extérieur de sa boutique ; son travail était devenu, en l’espace de quelques temps, une véritable échappatoire.

Elle mit son appareil en veille, non sans avoir vérifié ses autres notifications de moindre importance, à son regret, et reprit sa marche cadencée pour rejoindre le lieu du rendez-vous fixé avec Lexie. Cette rencontre longtemps programmée représentait une étape importante dans la relation épistolaire qu’elle entretenait avec baby Preston. Nat avait toujours eu de mal à nouer des liens avec autrui – ce n’était pas inhérent à ses relations sentimentales, c’était un fait global qui l’avait fait apprécier son caractère plutôt solitaire et se complaire dans une mélancolie qui l’inspirait pour ses écrits. Elle s’était très longtemps trouvée si peu douée pour le contact humain, nourrissant sans le savoir ses appréhensions et ses angoisses, qu’elle avait appris à en dire le moins possible sur elle-même. Avec Lexie, elle en avait dit tellement qu’elle peinait à savoir exactement ce qu’elle savait ou non de sa vie. Elle ne craignait pas d’être confrontée à son regard qu’elle savait bienveillant, c’était sans doute la raison pour laquelle elle entra dans le bar à cocktails avec la ferme intention de faire de cette première rencontre rien d’autre qu’un excellent moment.

« Tu me dis ça à moi, regarde-toi ! J’avais oublié que t’étais aussi grande, t’aurais dû me le rappeler, j’aurais sorti les échasses. » Natalia s’était instinctivement levée en entendant la voix si particulière de Lexie éclater à ses oreilles. Dans un réflexe tout américain, elle se pencha sur elle pour la prendre dans ses bras et lui fit un bref câlin, qu’elle tacha de rendre plus confortable en se hissant sur la pointe de ses talons – de douze centimètres, puisqu’elle avait jugé adéquat de viser modérément histoire de ne pas paraître encore plus petite qu’elle ne l’était, et elle l’était vraiment, à côté de la sublime anglaise. C’était raté, elle était immense ! Mais elle s’en fichait royalement, bien trop heureuse de la voir en chair et en os. Elle se décala pour prendre doucement le visage de Lexie entre ses mains, et contempla un court moment son expression avec bienveillance. Lui rendant sa mobilité, elle plissa ensuite les côtés de sa jupe fourreau pour se rasseoir tout en s’intéressant au serveur « Un appletini, ce sera très bien. La tournée suivante sera pour moi. » Elle buvait trop ces temps-ci, et ce n’était probablement pas dans son intérêt de laisser Lexie voir à quel point elle ne tenait pas l’alcool.

Mais comme si elle chassait une volée d’insectes devant son nez, elle fit un geste leste de la main, et un sourire plus tard, elle posa ses yeux agrandis par l’eye-liner sur la jeune femme.
« Tout se passe bien. Je suis débordée, mais je l’ai cherché. Si tu la voyais, elle est exactement comme je l’ai toujours rêvée : classique, mais pas trop. Mon équipe est parfaite ! On organise des lectures pour les enfants tous les mercredis, et j’ai envie d’un club pour les femmes… de conférences pour les jeunes, de troc, de discussions, de rencontres, d’extensions si ça fonctionne ! J’ai des tas d’idées. » Ses mains s’étaient activées dans l’espace qui les séparait, ses yeux bleu-vert s’étaient mis à briller, sa voix était devenue subtilement plus aigüe, tranchant avec son timbre si rauque d’ordinaire, et un large sourire découvrit une dentition droite et entretenue. Elle rejeta la tête en arrière, et un râle s’échappa de ses lèvres entrouvertes tandis qu’elle entamait le sujet nana Lindberg « Elle prépare quelque chose dans notre dos, c’est sûr. Elle est à San Franscico depuis bientôt deux semaines, je crois qu’elle s’est trouvée un mec là-bas. » En secouant la tête de gauche à droite, elle souffla sur une mèche de cheveux échappée de sa coiffure, faussement dépitée par les phases excentrique de sa grand-mère. Pendant que le serveur déposait leur cocktail devant elles, Natalia reprit avec enthousiasme « Mais toi ? J’ai vu ta dernière vidéo, c’est l’une des meilleures que tu aies postées. » Elle attrapa le pied de son verre du bout des doigts « Tu sais quoi, tu devrais passer à la librairie, avec ces idées d’ateliers et de conférences, ce serait génial que tu puisses intervenir un de ces jours. » Elle raffermit sa prise autour de son verre, et avec précaution, le porta devant son visage. Tachant de paraître solennelle, elle déclara « C’est l’heure du toast ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lexie Preston
avatar
spice up your life

petits mots : 68

⇥ my note-book.
availability: currently playing ; natalia, moïra (tickets still available)
contact book:

MessageSujet: Re: (2017) IRL over cocktails ; ft. natalia   Mer 17 Mai - 17:39

La simplicité de leurs échanges avait quelque chose de rassurant, de familier. C'était normal après tout, elles avaient passé des années à discuter de tout et de rien sur divers formats, de lettres parfumées aux DMs Twitter. Il était logique que leurs interactions en personne soient tout aussi naturelles et joyeuses. Mais Lexie savait que rencontrer quelqu'un IRL pouvait s'avérer compliqué. Le souvenir d'une désastreuse collaboration avec un youtubeur, qu'elle appréciait pourtant énormément et à qui elle avait beaucoup écrit avant de filmer, lui revint. Parfois, le feeling en personne est bien différent de celui derrière un écran. Fort heureusement, ce n'était absolument pas le cas avec Natalia. Le contraire l'aurait beaucoup peinée, la rouquine affichait donc un immense sourire, qui lui donnait sans doute un air un peu niais, ou déjà bourré.

Après les effusions et la commande de leurs boissons, Lex se cala sur la banquette et se pencha vers son amie, coudes sur la table - dans une provocation inconsciente à leurs chères grands-mères - à l'écoute. Elle se réjouissait du succès de la blonde, dont elle n'avait par ailleurs jamais douté. Mais lancer son business n'est pas chose aisée, l'amour des livres ne suffit pas à faire tourner une boutique. Mais visiblement, Nat était pleine d'idées pour rendre sa librairie dynamique, en faire un vrai point de rencontres pour la communauté locale et pas un simple lieu de commerce. C'était bien son genre. Baby Preston faisait de son mieux pour assimiler toutes les informations, qui faisait tourner ses propres méninges d'ailleurs. Un club de femmes, des ateliers pour les jeunes, c'était des thèmes qui lui parlaient aussi et dans lesquels elle aurait bien mis son grain de sel. Dans une rare démonstration de retenue, la jeune femme tint toutefois sa langue, ne souhaitant pas s'imposer dans l'entreprise de son amie. S'il y avait de quoi faire pour conjuguer littérature, féminisme et sexualités, ce n'était pas forcément l'ambition de Natalia. Et elle pouvait toujours lui proposer ça plus tard, une fois que les choses se seraient bien lancées.

Elle se contenta donc d'hocher la tête avec enthousiasme, touchée de voir la flamme dans les yeux de la libraire. Elle semblait si heureuse, si animée et c'était beau à voir. Lexie écouta avec tout autant d'attention les péripéties de nana Lindberg sur la côte Ouest, qui la firent éclater d'un rire franc. La rouquine ne serait pas étonnée si la vieille dame faisait un détour par Las Vegas pour épouser un riche propriétaire de casinos. A vrai dire, rien n'était franchement surprenant de la part de Sara Lindberg. Lexie secoua donc la tête en même temps que son amie, amusée par les scénarios improbables qui se profilaient. « Je ne doute pas que ta grand-mère a une surprise en stock, ce ne serait pas Mrs Lindberg sinon. J'espère juste qu'elle n'a pas décidé de faire un tour du monde en bateau sans prévenir! » Elle gloussa un peu, imaginant parfaitement la vieille dame en bikini doré à l'avant d'un yacht. Mais l'anglaise préférait ne pas laisser son esprit divaguer trop longtemps et reprit donc, sur une note plus sérieuse et émue. « Mais je suis vraiment contente que ça roule bien avec la librairie, je suis très heureuse pour toi. Et il faudra que je vienne voir ça! » Elle en avait eu l'intention, mais avait préféré attendre cette rencontre officielle, plutôt que de la surprendre sur son lieu de travail.

Une fois les verres apportés par les mains un peu tremblantes, mais efficaces, du bébé-serveur, Natalia lui retourna la question, glissant au passage un compliment apprécié sur sa dernière vidéo. La youtubeuse lui fit un sourire reconnaissant, satisfaite de voir que sa publication avait eu l'effet escompté. Le plaisir féminin était un sujet qui lui tenait à coeur et le tabou qui l'entourait encore la rendait folle. Mais c'était une vidéo sponsorisée, mot redouté parmi la communauté en ligne. Les gens comprenaient de mieux en mieux la nécessité pour les créateurs de diversifier leurs sources de revenus et de saisir les opportunités, mais c'était encore difficile à accepter pour certains spectateurs. Immanquablement, elle perdait quelques dizaines, parfois quelques centaines d'abonnés à chaque fois qu'elle postait une vidéo avec le fameux #spon dans le titre. Mais personne ne pouvait lui reprocher d'être malhonnête, au moins. « Oh c'est vrai, ça t'a plu? Ca me fait plaisir, je trouve que le sujet vaut la peine, même si c'est en partenariat avec OMGYes. Je vais pas faire de polémiques, mais des fois j'ai l'impression que faire des vidéos sponsorisées, c'est pire que de torturer des bébés chats hein. Y a des gens qui croient toujours que Youtube fonctionne comme en 2008. Breeeef, on s'en fout, ce qui compte c'est que la vidéo soit bien et que le message passe, alors si c'est réussi, ça me va. »

Natalia semblait lire dans ses pensées parfois. Elle en avait déjà eu l'impression, quand elles s'envoyaient des liens vers le même article quasiment au même moment ou échangeaient leurs réactions presque identiques à la sortie du dernier épisode de Grey's Anatomy. Les voilà sur la même longueur d'ondes professionnellement. Lexie leva donc son verre pour trinquer, toute en sobriété pour une fois « A nous et à notre réussite ! » Elle prit le temps de boire une petite gorgée, avant de reprendre « Et tu sais, je me disais justement que j'aimerais beaucoup faire un projet à la librairie avec toi. On pourrait faire un club de lecture sur la sexualité ou alors je viendrais juste comme ça pour discuter de ce que tu veux. En tout cas, je suis plus que partante, ça serait chouette de bosser ensemble! » Avec un clin d'oeil, elle ajouta « Et si tu veux un rayon érotique bien fourni, j'ai plein de références aussi. » La grande rousse éclata de son rire tonitruant, faisant cette fois définitivement sursauter le jeune serveur, qui lâcha le plateau - heureusement vide - qu'il avait à la main.

Après de rapides excuses envers le garçon, elle se tourna vers son amie et poursuivit la conversation, tout naturellement. « Et au fait en parlant de ça, tu en es où à ce niveau là toi? De jolis minois en vue? » Quand on possède une chaîne Youtube qui s'appelle letstalkaboutsexbaby et qu'on parle cul aux ados toute la journée, la notion de ce dont il est socialement acceptable de parler en public s'effrite. Et même si Lexie savait parfaitement que son amie était de nature plus réservée, cela ne l'empêchait pas de poser des questions et ce depuis des années. Après tout, Nat savait poser ses limites et ne pas lui répondre, quand elle n'en avait pas envie. Mais qui sait, l'appletini aidant, elle serait peut-être d'humeur à se confier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Natalia Lindberg
avatar
with my feelings on fire, guess i'm a bad liar

petits mots : 427

⇥ my note-book.
availability: 〉close 2/2 (tate, lexie)
contact book:

MessageSujet: Re: (2017) IRL over cocktails ; ft. natalia   Sam 27 Mai - 11:57

S’attendrissant de la maladresse du jeune serveur, Natalia le gratifia d’un sourire bienveillant. Portant son verre à ses lèvres, elle appuya avec un signe de tête les saintes paroles de Lexie à propos de leur réussite amplement méritée.

« Amen to that. » ajouta-t-elle, et à peine eut-elle le temps d’avaler sa première gorgée qu’elle se précipita sur la perche que lui tendait la jeune femme. Elle posa son verre devant elle, renversa sans le vouloir une goutte de liquide sur la table, et tout en abattant une main fraîchement manucurée au milieu de l’espace qui les séparait, elle s’exclama avec enthousiasme « J’adorerais ça ! »

Il y avait dans le fait de collaborer avec quelqu’un une dimension rassurante et éducative qui avait toujours plu à la petite blonde. L’expérience qu’elle avait vécue avec Tate n’avait certes pas été de tout repos – elle se montrait plus qu’indulgente lorsqu’elle édulcorait les épreuves pénibles qu’ils avaient traversées –, elle lui avait cependant apportée tant de choses, si bien professionnellement que personnellement parlant, qu’elle n’hésiterait pas un instant à retenter le coup. Bien sûr, ce serait différent – sûrement moins intense et ce dans tous les sens du terme –, mais Lexie débordait d’une énergie positive qui lui ferait le plus grand bien. Une grande bouffée d’air frais, voilà comment Nat définirait Lexie. Elle qui était une éponge, saurait sans doute se faire à la bonhommie contagieuse de l’anglaise. Et elle l’admettait sans détour : elle avait quelques fois besoin de relativiser. D’après ce qu’elle connaissait de sa comparse, elle était la plus à même de lui inculquer tout son savoir en la matière. Aussi se lança-t-elle dans un plan mental pour mener à bout l’idée de son amie, et sans attendre, elle lui en fit part. Calant un coude sur le bord de la table, ses sourcils se rejoignirent, pendant qu’elle songeait à tout ce que pouvait impliquer une association pareille.

« J’imagine qu’il faudra s’organiser en fonction de ton emploi du temps. Tu es une femme très occupée. » Elle lui fit un clin d’œil. La musique s’était soudain accélérée dans le bar à cocktails pour mieux inciter les clients à quitter leur zone de confort et à venir se déhancher sur la plateforme lumineuse mise à leur disposition. Natalia elle-même commença à s’agiter, roulant des épaules comme si de rien, répondant au rythme de la chanson remixée qui passait à ce moment-là. Reprenant son verre par le pied avec une délicatesse instinctive, elle laissa échapper un rire un tantinet goguenard à l’évocation de la création d’un rayon de littérature érotique dans sa librairie « Juste pour être sûre : on parle bien de Sappho et Sade, pas de Fifty Shades of Grey, hein ? » Elle taquinait Lexie qui n’avait pas arrêté de s’offusquer du succès de cette trilogie, à juste titre d’ailleurs.

Elle finit par hausser les épaules en guise de réponse. C’était à considérer. Ça ne lui poserait aucun problème de conscience, bien au contraire. Nat n’était pas prude, sinon elle se serait abstenue de faire amie-amie avec la papesse de l’éducation sexuelle, entre toute autre chose. Et l’autre chose en question déboula en plein milieu de la conversation sans qu’elle ne s’y attende. Elle dévala le reste de son verre à une vitesse ahurissante pour quelqu’un avec une tolérance à l’alcool si peu élevée. La tête encore penchée en arrière pour aider le liquide à dévaler plus vite sa trachée, elle leva son verre au-dessus de sa tête blonde pour indiquer au serveur de leur apporter une autre tournée. Elle dut néanmoins s’intimer de baisser de nouveau la tête, quand son regard rencontra celui de Lexie.

« J’ai pas le temps de m’intéresser aux jolis minois qui m’entourent avec… le boulot. » Son hésitation à mettre son célibat sur le dos de son travail fût si évidente que dans la foulée, Natalia laissa échapper un profond soupir de dépit, confrontée pour la énième fois à son inaptitude à mentir. Son verre tinta lorsqu’elle le reposa sur la table, et elle pencha la tête sur le côté, plissant en même temps les paupières et le nez « OK, peut-être que j’ai fréquenté quelqu’un pendant quelques temps. » Elle leva les mains devant elle, paumes vers l’extérieur, pour stopper toute manifestation d’engouement du côté de Lexie « C’est déjà de l’histoire ancienne. » Elle marqua un temps et tandis qu’elle se redressait pour se pencher au-dessus de la table, elle plissa davantage les yeux « Enfin, si on considère que ‘fréquenter’ n’implique aucune forme d’engagement court ou long, je suis pas certaine qu’on puisse définir ça comme ayant été une histoire dans le fond. »

Ça ressemblait à de l’auto-persuasion, et c’en était. Elle refusait si fort l’idée de voir la fin de son aventure avec Tate comme une rupture – la véritable nature de ce qu’ils avaient partagé ces derniers mois restant on ne peut plus floue à cause de la promesse qu’ils s’étaient faite de ne pas s’attacher l’un à l’autre –, qu’elle marqua un second temps. Et comme on dit, les silences valent parfois plus que les mots : bien sûr qu’il s’agissait d’une rupture, sinon pourquoi ils n’avaient plus aucun contact depuis et que ça la taraudait autant ? Elle lança la première chose qui lui vint à l’esprit pour éviter d’en déballer davantage, quitte à donner un caractère plus insignifiant qu’il n’y paraissait à tout ça :

« C’était un super bon coup. » Et elle l’affirma en opinant excessivement du chef « L’illustration parfaite du joli minois, mais je suis probablement pas très objective, étant donné que j’ai choisi de le ‘fréquenter’. » Elle alla jusqu’à dessiner des guillemets invisibles au-dessus de sa tête comme pour ironiser. Et faisant tout pour réfréner l’envie qu’elle avait d’avouer à quelqu’un de confiance, qu’au-delà de l’aspect physique de leur liaison, elle ressentait quelque chose pour Tate, Natalia détourna pudiquement la tête.

Ça la contrariait de n’avoir pas su trouver la meilleure façon de le faire savoir au principal intéressé sans le braquer ; au lieu de quoi, elle avait mis un terme à tout ça, se reposant sur des arguments fumeux et sur des contradictions. Si elle pensait que c’était de sa faute ? Evidemment que ça l’était, et c’était d’autant plus difficile à accepter qu’elle avait eu plusieurs options, et que son choix s’était arrêté sur celui qui la préservait de jouer cartes sur table et d’admettre qu’elle avait rompu leur fameuse promesse la première en s’attachant à lui.  

Elle aperçut le jeune serveur avancer, un peu chancelant, en direction de leur table, leurs nouvelles consommations prêtes à être savourées. Profitant de son arrivée pour se reprendre et inverser les rôles, Nat demanda précipitamment à Lexie « Et Bob, des nouvelles ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lexie Preston
avatar
spice up your life

petits mots : 68

⇥ my note-book.
availability: currently playing ; natalia, moïra (tickets still available)
contact book:

MessageSujet: Re: (2017) IRL over cocktails ; ft. natalia   Dim 28 Mai - 15:39

La perspective d'une collaboration plaisait visiblement autant à Natalia qu'à la rousse, ce qui la mit en joie. Travailler avec les gens étaient toujours agréable, après tout, elle n'avait pas fait de l'éducation une de ses activités principales par amour de la solitude et du calme. Lexie Preston aimait les groupes, les discussions, les idées qui fusaient et les questions insolentes. Et à fréquenter des adolescentes et parler de sexualité à longueur de journée, elle était servie. Mais l'idée de travailler avec un adulte raisonnable et intelligent, qu'elle connaissait et appréciait, était encore plus intéressante. Son cerveau toujours agité tournait déjà à vive allure, imaginant toutes les possibilités qui s'offraient à elles. Des ateliers féministes, non mixte, histoire de faire rager les masculinistes du dimanche qui se terraient dans les rues de Rockland. Des discussions sur la sexualité ouvert à tous, pour avoir ce genre de groupe hétérogène et inter-générationnel qui donne les interactions les plus surréalistes, mais aussi les plus intéressantes. Un club de lecture LGBT. Tant de choses à explorer.

Toute à sa réflexion, la grande rousse avait descendu la moitié de son cocktail, à force de triturer pensivement sa paille. Elle reposa donc son verre et répliqua, avec un large sourire. « Toujours débordée, mais toujours du temps pour toi babes. » Ce qui était moyennement vrai, leurs emplois du temps improbables et hautement incompatibles étaient la cause majeure de leur rencontre perpétuellement retardée. Mais elles avaient bien fini par y arriver et continueraient sur cette voie. Surtout si des livres sensuels étaient au programme de leurs futures conversations. L'anglaise haussa un sourcil, faussement agacée et plutôt amusée des références de sa libraire préférée. La jeune femme pouffa donc légèrement et répondit, non sans un clin d'oeil taquin. « Oui ou si tu veux entrer dans le XXIème siècle un jour prochain, je dirais plutôt Nora Roberts ou Shamim Sarif. » L'étiquette romance érotique sonnait peut-être péjorative, mais il y avait de quoi avoir la culotte tortillée dans ses rayons. « Je dois en avoir en double, je te ferais passer deux, trois trucs. » Pas forcément des choses coquines d'ailleurs, mais des ouvrages qui pouvaient vraiment s'avéraient utiles pour la boutique de miss Lindberg. De la littérature jeunesse inclusive, par exemple. Ou des bouquins éducatifs sympas. Avantage d'être une youtubeuse avec une petite audience, on vous envoyait parfois des exemplaires gratuits ou des copies avancées de certains livres.

Le sujet de leur prolifique travail à venir, qui reviendrait à n'en pas douter dans un moment plus opportun, fut vite oublié par l'anglaise. Les grands projets, c'est bien, les petits potins, c'est mieux. Son verre à nouveau aux lèvres, Lexie se pencha un peu en avant toute ouïe. Elle faillit faire une remarque devant la faible tentative d'esquisse de Nat, mais cette dernière se reprit d'elle-même. L'enthousiasme de la rouquine face aux révélations de son amie devait être physiquement perceptible, puisque cette dernière se défendit rapidement, clamant que tout était déjà mort et enterré. Ce qui était faux, sinon, elle ne lui en parlerait pas. Baby Preston était loin d'être une grande experte en relations amoureuse - oui, oui, très ironique - mais elle savait qu'on ne s'épanche pas sur quelqu'un s'il n'a plus d'influence dans notre vie. Enfin, pas aussi rapidement du moins. Et pas autant. Attentive, la jeune femme nota que la blonde s'évertuait à lui expliquer l'insignifiance de cette relation. En s'attardant longuement sur sa nature. Très logique. Un petit sourire naquit sur ses lèvres, voyant clairement Natalia pédaler dans la semoule en essayant de se justifier. « Uh, uh, cette histoire ancienne a l'air de bien t'occuper l'esprit pourtant. Et tu sais, chacun définit ses relations comme il le veut, tant que les deux partis concernés sont sur la même longueur, c'est ce que vous voulez que ça soit. » L'éducation à la sexualité comprend nécessairement un volet sur les notions de consentement, de monogamie, tout ce qui se passe autour du sport en chambre. Son métier transparaissait nécessairement dans des conversations comme celles-ci. Toutefois, ça restait une discussion de bar, pas un atelier sur l'expression de ses émotions. « Mais je ne doute pas de la beauté de son minois. T'as une photo? » Il n'y pas de mal à se rincer l'oeil et encourager ses amies à avoir une vie sexuelle épanouie dans le même temps.

Leur jeune serveur refit son apparition avec leur deuxième tournée, pas beaucoup plus sûr de lui que la première. Lexie descendit ce qui restait de son premier cocktail et accueillit le second avec un petit sourire pour le garçon. Nat profita de l'interruption pour essayer d'enchaîner et détourner l'attention d'elle. La rousse ne savait plus exactement ce qu'elle lui avait dit au sujet de sa rupture avec Bob, mais se doutait qu'elle était au courant. Cela faisait un petit moment après tout. En plus, elle regardait ses vidéos et la youtubeuse avait abordé sa séparation dans un Q&A, transformant évidemment l'événement en petite leçon de vie sur comment gérer la fin d'une relation sainement. Pas besoin de grand laïus avec sa blonde amie, elle répliqua donc avec un large sourire. « Oui, oui, il va très bien, toujours à Ottawa. Le mariage se précise, ils ont choisi le lieu et la robe est presque prête, je ne devrais pas tarder à recevoir mon invitation. Ce qui me fait penser, il faudra que j'aille faire du shopping pour l'occasion. Il n'y a pas de protocole très clair sur ce que doit porter l'ex du marié, mais on va éviter le cliché. » J'éclate de rire, imaginant la tête de Bobby si je transformais la scène en téléfilm du samedi après-midi, robe trop courte et type beau gosse mais insipide en bonus. « Tu pourras être ma plus one si ça se précise pas avec ta fréquentation. » Je retourne à ma paille avec une moue taquine, à la limite du flirt joueur et de la petite pique amicale. Mes interactions avec Natalia étaient jusqu'alors édulcorées par les différents médias entre nous, mais elle avait maintenant droit à la version full HD et Technicolor. Il n'y avait plus qu'à espérer qu'elle ne regrettait pas cet upgrade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Natalia Lindberg
avatar
with my feelings on fire, guess i'm a bad liar

petits mots : 427

⇥ my note-book.
availability: 〉close 2/2 (tate, lexie)
contact book:

MessageSujet: Re: (2017) IRL over cocktails ; ft. natalia   Lun 29 Mai - 16:00

Le contraste entre les personnalités de Lexie et Natalia transpiraient même à travers leur choix de lecture. Le modernisme de Lexie tranchait avec le classicisme de la libraire. Cette dernière ne s’en vexa absolument pas, accueillant la petite pique amusante de la jeune femme avec un rictus, pendant qu’elle récupérait sa paille qu’elle mâchouilla du bout des lèvres. Elle cultivait son image à coup de silhouette pulpeuse moulée dans des tenues à la ligne subtilement vintage et rouge à lèvres vermeille, si elle exécrait cette partie d’elle, elle ferait tout pour s’en détacher, et ce ne n’était pas le cas : son côté classique, c’était sa marque de fabrique.

Elles auraient chacune des choses à s’apprendre. Cette pensée stimula davantage la curiosité de la blonde qui en était désormais certaine : elles travailleraient ensemble. En attendant, elles s’étaient lancées dans l’inévitable conversation concernant leur vie privée. Celle de Lexie était plus transparente que celle de Natalia, ce qui, encore une fois, les différenciaient, tout comme la décontraction avec laquelle la jolie anglaise s’évertuait à en parler sans jamais se sentir embarrassée de quoi que ce soit. Nat lui enviait ce côté de sa personnalité. Tout paraissait facile à ressentir pour Lexie. C’était un autre problème pour elle qui, si elle assumait sa vie intime sans aucun souci, ayant des besoins comme tout à chacun et aimant ça en plus de ça, ne parvenait pas à garder son sang-froid quand il s’agissait de mettre son cœur sur la table. Et évidemment, Lexie avait mis le doigt en plein sur le nerf sensible. Natalia fit claquer sa langue tout contre son palais, tachant de retrouver bonne contenance après avoir bataillé si fort avec les mots pour décrire sa relation avec Tate. Un comble pour une écrivaine.

« C’est plus grand-chose, maintenant. Mais c’est mignon de vouloir user de ton expertise pour résoudre ce qui n’est en fait pas un problème, puisque c’est terminé. » La moue qu’elle emprunta face à la demande cocasse de Lexie s’apparentait à du comique. Nat eut besoin d’un long temps de réaction avant de s’activer de nouveau, et de lui répondre – elle ne lui répondit pas, d’ailleurs.

L’alcool faisait son effet, à en juger par la façon désordonnée avec laquelle elle s’agita soudain sur son siège. Dans son cerveau à demi anesthésié par la vodka, elle se dit qu’elle avait toute confiance en Lexie, ça ne s’expliquait pas. Enfin si. Après un cocktail, plutôt léger pourtant, elle était déjà cuite. Aussi n’eut-elle aucune difficulté à fouiller dans son sac à main pour en sortir un exemplaire de Scars and Souvenirs qu’elle gardait toujours avec elle ; le portrait de Tate associé à sa mini-biographie lui rendait justice – quoique, il était difficile de capturer son charisme – ça ferait largement l’affaire pour contenter la curiosité bienveillante de la jeune femme. Natalia avait des photos de lui dans son téléphone, mais elles avaient fini par volontairement omettre qu’elles étaient là, sinon elles les auraient passé en revu bien trop souvent à son goût. Elle faillit lourder l’ouvrage au milieu de la table, mais un éclair de lucidité perça à l’instant même. Elle se ravisa brusquement. Tate n’apprécierait pas la démarche, et même si elle ne lui devait absolument rien, elle chérissait d’avoir la conscience tranquille – ce n’était jamais vraiment le cas, mais elle aurait au moins de quoi se réconforter en repassant à comment elle avait su garder l’identité de son partenaire secrète, et Dieu savait qu’il lui en serait reconnaissant. Du coup, elle remit le bouquin dans son sac et pivota vers Lexie avec l’air de ne pas y toucher.

« Tu sais quoi, laisse tomber. » Elle se laissa aller à grimacer, puis en un éclair, elle retrouva bonne figure. Accueillant le jeune serveur avec un enthousiasme qui lui fit frapper des mains devant son petit nez retroussé, elle lui sourit. Et parce que détourner le sujet était un talent qu’elle maîtrisait à la perfection, elle ne se fit pas prier en se jetant sur Bobby. Pas littéralement bien sûr, même si elle avait parfaitement compris l’intérêt que son amie rousse avait trouvé au plombier après avoir allégrement Googlé son nom et passé en revu une moitié des images adjointes à sa notoriété d’ex-sportif réputé. Elle attrapa son verre et en but une courte gorgée « J’avais oublié le mariage, comment est la fiancée ? » De ce qu’elle savait de la rupture de Lexie et Bob, ils avaient gardé d’excellents rapports. L’invitation au mariage en étant une preuve flagrante, Natalia se dit que la jeune femme devrait envisager de publier un ouvrage sur la meilleure méthode à adopter pour devenir la meilleure amie de son ex, et peut-être qu’elle en prendrait de la graine, qui sait ? Elle pressa ses lèvres l’une sur l’autre, reposant son verre en arquant un sourcil face à la proposition de Lexie « Compte sur moi dans ce cas ! Je fais toujours bonne impression dans les mariages. » Est-ce que ça traduisait le peu d’espoir qu’elle avait en ce qui concernait Tate ? Elle ne savait pas, elle préférait ne pas y penser tout de suite. Natalia se redressa. Décelant la pointe de flirt joueur transpercer la moue taquine de la jeune femme en face d’elle, elle décida de rentrer dans son jeu, ne serait-ce qu’un instant « Les rousses ne sont pas mon type généralement, mais je peux faire une exception pour toi, babes. » Elle reprit son verre par le pied, laissant son sous-entendu se disperser dans l’atmosphère, elle le porta lentement à ses lèvres. Avant de boire, elle éclata de rire en lui demandant « Donne-moi ton secret pour tenir l’alcool, c’est ce qui manque à ma vie. Deux cocktails, et je suis déjà raide. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: (2017) IRL over cocktails ; ft. natalia   

Revenir en haut Aller en bas
 
(2017) IRL over cocktails ; ft. natalia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Earth Defense Force 2017
» Chiclana-Barrosa, 5 Mars 1811 (Natalia Griffon de Pleineville)
» lessor.fr : Chambon, un tunnel pour l'hiver 2016/2017
» Nouvelles WRC pour 2017
» Blood Bowl returns : une V4 pour 2017

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE LAST FIVE YEARS. :: (rockland, me) :: center & main street-
Sauter vers: