AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (2016) I need a little sympathy to sore my insecurities + Reed

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

petits mots : 24

⇥ my note-book.
availability: daniel + conley + reed
contact book:

MessageSujet: (2016) I need a little sympathy to sore my insecurities + Reed   Sam 8 Avr - 22:05



Shut the fuck up I didn’t ask for these emotions

Décembre 2016. Donald Trump, Noël, Daniel Burr. Voilà les trois noms qu'ont constamment mes élèves à la bouche en ce moment. Et c'est assez fatiguant, je dois le dire. Parce que le premier est tout ce dont mes parents sont capables de parler en ce moment, quand ils ne planent pas, et le futur président des Etats-Unis. Le second déconcentre beaucoup trop mes élèves qui n'attendent plus que les vacances. Et le troisième... J'aurais aimé ne jamais rencontrer le troisième, ou du moins parvenir à l'oublier. Sauf que son musical marche du feu de dieu, et que mes élèves écoutent ses chansons en boucle. Les chansons que j'ai aidé à mettre au jour. Je pousse un soupir et jette un regard noir à celle qui fredonne en entrant dans ma classe. Ils prennent tout leur temps pour s'installer, comme d'habitude, et je dois les fixer de mon air sévère de longues secondes pour qu'ils me donnent toute leur attention en voyant que je ne démarre pas mon cours. Un sourire moqueur s'inscrit sur mes lèvres. « Comme j'imagine que vous avez tous fait vos exercices pour aujourd'hui, je les ramasse ! » La protestation. Mon sourire qui s'agrandit un peu. C'est le seul plaisir que j'ai, de leur faire des frayeurs comme ça en début de cours. J'ai droit aux remarques habituelles, et je finis par consentir en envoyant l'un d'eux au tableau. Le stress général retombe un peu, mais la menace est toujours là. « Un volontaire ? » Pas de volontaire. Je fais durer le suspens en les regardant tous un à un, et je m'apprête à en désigner un quand... Quand l'alarme incendie retenti. Le soupir de soulagement collectif. Le rire amusé de ma part. « Okay, sauvés par le gong. Laissez vos affaires là, allez dans la cour, ne vous dispersez pas. Vous connaissez la chanson ! » Étonnamment, ils ont beaucoup plus d'engouement à sortir de la salle que de passer au tableau. Je pousse un soupir, attrape les clés et ferme derrière moi. « La liste ! » Si j'oublie la liste pour faire l'appel, je vais me faire gronder. Je me dépêche donc de rouvrir, fouille mes affaires pour trouver la bonne liste et repars. J'ai quand même réussi à perdre mes élèves... Et oublier de prendre mon manteau, en plein hiver et en plein milieu de la cour. Trop tard pour y retourner, maintenant, il faut juste que je prenne mon mal en patience. Et regrette silencieusement d'avoir décidé d'être assez motivée pour mettre une robe ce matin, aussi. Je rejoins un petit groupe de collègues, pour chercher à savoir ce qu'il se passe. « Qu'est-ce qu'il se passe ? J'ai pas été prévenue d'un exercice ! » Collègue prof de maths râleur répond que lui non plus, mais que de toute façon l'administration ne nous dit jamais rien. Je hausse simplement les sourcils et lui sourit légèrement, pour ne pas le froisser, avant de me tourner vers collègue philosophe, beaucoup plus abordable. « Soit les scientifiques ont décidé de s'immoler par le feu, soit il s'est passé quelque chose à l'extérieur qui expliquerait pourquoi les sportifs ont aussi été évacués, soit c'est une mauvaise blague d'élèves. » L'art d'expliquer. Je fronce les sourcils. « Merci, Anthony... » Je réponds, vaguement, alors que je cherche les-dit sportifs du regard. Qui dit sportifs dit, potentiellement, Reed McMahon et... Oh. Trouvés. Reed McMahon qui a décidé de lui aussi venir vers nous. Comme d'habitude, je sens mes joues rougir et mon cœur s'emballer un tantinet, et c'est à peine si j'ose regarder le philosophe que j'entends déjà rire. Il est possible que j'ai développé un léger crush, pas du tout subtil, pour notre collègue. Qui est, au passage, une star nationale ? Et très musclé ? Et gentil, en plus. Urh. Il faut que je m'échappe, avant de m’embarrasser comme d'habitude. « Okay, je vais chercher mes élèves moi ! » Salutations du tandem, j'arrive juste à bousculer Reed au passage. Tu parles d'une sortie. Me voilà contrainte à relever la tête, essayer un sourire d'excuse. « Salut ! Pardon, euh... Ouais, pardon. » Sur ces jolis mots, je m'enfuis. Je cherche les petites têtes qui sont sous ma surveillance, mais ne les trouve pas. Enfin, si, j'en trouve deux. Je me rapproche d'elles, les sourcils froncés. « Ils sont où, les autres ? » Haussements d'épaules. Soupir. Et frissonnements, aussi, parce que j'ai qu'une pauvre robe sur me couvrir et qu'il n'y a pas de chauffage dehors. « Bon, bougez pas, je vais les chercher. » Le dernier que je trouve sera le premier à passer au tableau aujourd'hui. J'avance comme je peux dans la foule, pour rassembler le troupeau, jusqu'à ce que j'entende mon prénom. Je me retourne, pour tomber presque nez à nez avec Reed. Encore. Très bien, très bien. « Salut ! ... Encore. » Je ne radote pas, je panique.

_________________
i'm erasing myself
from the narrative
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

petits mots : 13

⇥ my note-book.
availability: free du rp
contact book:

MessageSujet: Re: (2016) I need a little sympathy to sore my insecurities + Reed   Sam 29 Avr - 21:51












“Bon les gars si vous faites pas plus d’effort, je vous laisse dehors en short et en maillot et vu le temps vous allez pas apprécier” Non je n’étais absolument pas un prof sadique, c’était juste très chiant de n’imterrompre toutes les deux secondes parce qu’ils étaient en train de bavarder. Surtout que mes joueurs ne faisaient pas grand chose à l’heure actuelle. Pourtant je leur demandais pas d’escalader le mont Everest sans équipement, juste de se concentrer pendant que j’expliquais les nouvelles tactiques.. Alors oui je savais que c’était chiant, mais ils n’avaient pas le choix. Surtout s’ils voulaient gagner le championnat cette année. .
C’était donc pour ça que j’utilisais la menace et je devais avouer que ça fonctionnait plutôt bien. Ou alors c’était mon autorité naturelle qui faisait ça ? Non en fait il devait être impressionné par ma personne et mon parcours. Enfin si c’était vraiment ça, je n’aurai pas besoin de les rappeler à l’ordre constamment. Ces jeunes, quelle bande d’ingrats.

Je m’apprêtais à continuer mes explications, mais je fus interrompu par l’alarme incendie. Okay il ne manquait plus que ça maintenant. Par contre je n’avais pas été prévenu par un éventuel exercice. Alors est ce qu’il fallait vraiment s’inquiéter ou pas ? J’avais décidé que non, mais sans pour autant prendre les choses à la légère “Je vous donne 20 secondes pour prendre un manteau et me suivre dehors. Je veux que tout le monde soit sorti avant moi” Je tapais dans mes mains pour lancer le mouvement et allait moi-même chercher ma veste. Je savais que certains seraient tenté de remettre des vêtements plus chaud, mais on avait pas le temps. Après 30 secondes, j’avais réussi à faire sortir tout le monde. Je n’avais perdu personne et on pouvait se rendre joyeusement au point de rassemblement. Sur place, je voyais sur la tête de mes collègues qu’ils ne savaient pas non plus ce qu’il se passait en ce moment. J’avais repéré Anthony et Léopold et cerise sur le gâteau, ils étaient avec Charlotte, c’était auprès d’eux que je devais me renseigner. Avant de les rejoindre, je n’oubliais pas d’avertir une nouvelle fois mes élèves. “Je vais à la pêche aux informations. Si à mon retour il en manque un, ma vengeance sera terrible” J’avais vraiment l’impression de traumatiser mes élèves et ça me faisait rire. Tant que ça fonctionnait, ça m’allait. Je me demandais si Cameron faisait la même chose avec ses joueurs. Huum j’étais persuadé que oui.

Joyeusement j’allais rejoindre mes collègues, mais quelle ne fut pas ma déception de voir que Charlotte commençait à partir en voyant arriver. Elle avait cette fâcheuse tendance à disparaître quand j’arrivais, c’était drôle parce qu’elle en devenait un peu maladroite et ça ne l’a rendait que plus adorable. Encore une fois en voulant partir discrètement, tout ce qu’elle avait réussi à faire, c’était me foncer dessus. Il fallait dire que je n’avais rien fait non plus pour l’éviter, ça aurait été dommage. « Salut ! Pardon, euh... Ouais, pardon. » Je vous le disais, trop adorable “Salut Charlotte et aucun soucis, tu peux te cogner contre moi quand tu veux” Un petit sourire et là voilà déjà parti, me laissant avec Anthony et Léopold “Vous croyez qu’un jour on pourra rester au même endroit Charlotte et moi ?” J’en étais persuadé et j’allais même forcer le destin dès aujourd’hui quand une occasion se présenterait. “J’ai entendu dire qu’elle était à la recherche de ses élèves. Peut-être que ça peut t’aider.” C’était même le plan parfait selon moi. Une tape sur l’épaule d’Anthony, un grand sourire et je tournais le dos à mes collègues pour essayer de repérer Charlotte dans la cour. Avec tous les élèves présents ce n’était pas ce qu’il y avait de plus facile, mais au bout d’un moment j’arrivais à la trouver. “Charlotte attend” J’aurai peut-être du dire Madame Conley ? Baah, les élèves devaient forcément connaître nos prénoms. C’était facile de trouver ce genre d’informations sur internet maintenant. « Salut ! ... Encore. » “Salut, tu vas bien ?” C’était une question très débile à poser alors qu’on était dans la cours avec possiblement un incendie quelque part dans l’établissement. “Tu veux de l’aide pour trouver tes élèves ? Certains vont peut-être vouloir en profiter pour faire des cochonneries derrières les murs.” J’espérais bien que non. Je n’étais pas prêt à devenir aveugle. “D’ailleurs tu sais ce qu’il se passe ? J’ai pas souvenir qu’on avait un exercice incendie aujourd’hui” Ce qui vu ma mémoire de poisson rouge sur ce genre de chose aurait pu être le cas. “Ou alors un exercice surprise pour nous tester ?” J’avais pas arrêté les cours très tôt pour passer des tests encore maintenant. Enfin ça me dérangeait pas, au moins je pouvais passer un peu de temps avec Charlotte.





lumos maxima

_________________
Talking to the moon.
vlvl.@ ALASKA.


Dernière édition par Reed McMahon le Mar 23 Mai - 18:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

petits mots : 24

⇥ my note-book.
availability: daniel + conley + reed
contact book:

MessageSujet: Re: (2016) I need a little sympathy to sore my insecurities + Reed   Lun 1 Mai - 23:06



Shut the fuck up I didn’t ask for these emotions

Je n’ai pas le temps d’être vile avec mes élèves que l’alarme incendie se met à retentir. Il y en a qui ont de la chance. Bien vite, j’évacue tout le monde, fais l’effort de ne pas oublier la liste pour ne pas me faire gronder et file dehors à mon tour. J’oublie ma veste et je maudis quiconque a eu la bonne idée de foutre le feu en plein mois de décembre. D’ailleurs, est-ce qu’il y a vraiment danger ou bien est-ce que c’est un exercice ? C’est en quête de réponse, et parce que mes élèves m’ont déjà abandonné, que je me dirige vers des collègues. Ils ne sont pas plus avancés que moi, en fait. Le philosophe émet des hypothèses diverses pour expliquer notre situation, et je ne m’autorise à retenir que la dernière. Les sportifs sont là ? Est-ce que le nouveau chef des sportifs aussi ? Je passe en mode suricate, relève la tête et observe la foule pour voir si un certain Reed McMahon serait dans les parages. Et c’est le cas, effectivement. Et c’est pour ça que je m’empresse de m’éclipser. Parce que j’arrive toujours à m’embarrasser devant le nouveau collègue, et que je ne suis pas prête à faire le pitre devant tout le monde. Surtout devant mes élèves. Mais même en cherchant à l’éviter, l’inévitable se produit et j’arrive à le bousculer. Fichtre Dieu. Je me confonds immédiatement en excuse, naturellement. “Salut Charlotte et aucun soucis, tu peux te cogner contre moi quand tu veux” Je relève la tête, les yeux un peu écarquillés. Il est sérieux ou il se moque de moi ? Un peu des deux, je crois. Un léger rire nerveux m’échappe, et voilà que je fais un truc stupide. Je fais un signe de pistolet avec mes mains, comme si c’était un truc cool en presque 2017, l’air de dire « quand tu veux ». Et après je fuis, parce que le rire d’Anthony est beaucoup trop grand et mes joues beaucoup trop rouges.

Je retrouve quelques-unes de mes élèves et leur demande où sont les autres. Elles ne savent pas. C’est très pratique pour faire l’appel, ça ! Après un soupir je me décide à tenter de rassembler le troupeau. “Charlotte attend” J’attends, et me retrouve désormais en tête en tête avec Reed. Spoiler alert : ça risque de mal se finir. Pour moi. Je suis une véritable cruche lorsque je me retrouve avec lui, pour des raisons… évidentes, il me semble. « Salut ! ... Encore. » Voilà, ça c’est fait. “Salut, tu vas bien ?” Un sourire naturel s’inscrit sur mes lèvres. « Bien ! Froid. Mais bien ! Et toi ? » Woaw, c’était une réponse presque correcte ça ! Je pense qu’on peut sortir le feutre rouge pour mettre une petite croix sur le calendrier, là. “Tu veux de l’aide pour trouver tes élèves ? Certains vont peut-être vouloir en profiter pour faire des cochonneries derrières les murs.” Je fronce les sourcils et observe Reed en deux fois. On était bien parti, pourtant. « Oh euw. J’avais pas besoin de savoir ce que font mes élèves quand je ne les surveille pas. » Je retiens de justesse que, s’il veut, on peut aller vérifier au cas où et éventuellement en profiter nous mais dieu merci, il me reste un minimum de décence. “D’ailleurs tu sais ce qu’il se passe ? J’ai pas souvenir qu’on avait un exercice incendie aujourd’hui” Je hausse les épaules, parce que je n’ai toujours pas avancé dans la résolution de ce mystère. « J’en sais trop rien. Nini a dit que les scientifiques avaient décidés de faire un suicide commun, mais Nini a beaucoup trop de préjugés sur les scientifiques. » Et parce que je suis censée être l’une d’entre eux, il faut que je défende ma patrie. En vrai, je pense que le monde entier que je n’ai aucune véritable passion pour les mathématiques et que j’ai atterri là seulement pour avoir de quoi manger à la fin du mois, mais c’est une autre histoire. “Ou alors un exercice surprise pour nous tester ?” Ce qui est sans doute plus probable, oui. J’acquiesce, et c’est sans vraiment réfléchir que je rajoute même. « Je peux te tester, si tu veux. » Et le pire, c’est qu’il me faut quelques secondes pour me rendre compte que mes paroles ne sont pas très… professionnelles. Carrément un peu déplacées, même, pour les esprits les plus tordus. « Eurm… Je n’ai pas dit ça. » Et Reed a besoin d’appareils auditifs, oui ! « Enfin si ! Mais ce que je veux dire, c’est… » C’est que rien du tout, en fait. Je ne sais pas comment rattraper ça, j’ai envie de disparaître. « Que… Que tu as sans doute raison, oui. Urg. Désolée. Tu me rends anxieuse, c’est terrible. URG ! Je n’ai pas dit ça, non plus ! » Dans deux secondes, je cours de l’autre côté pour qu’il arrête de me parler. Je dois être rouge écrevisse. Si mes élèves veulent un dossier sur moi pour me mettre la pression plus tard, c’est le moment. Un sourire gêné apparaît sur mes lèvres. « Bon… Je vais arrêter d’aligner des mots avant de m’embarrasser un peu plus, d’accord ? » Allez, on fait comme ça et après je l’évite jusqu’à la fin de l’année. Je trouve que c’est un bon plan.

_________________
i'm erasing myself
from the narrative
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

petits mots : 13

⇥ my note-book.
availability: free du rp
contact book:

MessageSujet: Re: (2016) I need a little sympathy to sore my insecurities + Reed   Mar 23 Mai - 18:30












L’alarme incendie avait sonné et j’avais réussi à faire sortir mes élèves dans le plus grand des calmes et sans en perdre aucuns. J’étais un champion. Maintenant,  il fallait que je me renseigne sur ce qui était en train de se passer et pour cela, je n’avais pas besoin de tout un troupeau à me suivre. J’avais repéré Anthony et Léopold et cerise sur le gâteau, Charlotte était également présente. Présence qui voulait s’absenter en me percutant au passage, lui proposant même de se cogner contre moi quand elle le souhaitait. Personnellement cela ne me dérangeait absolument pas. A cette remarque, je m’attendais à la voir rougir et bafouiller quelque chose, mais non, pas du tout. A la place elle me tirer dessus avec des flingues imaginaires avant de vraiment partir. Je la regardais partir en souriant. La question était de savoir si un jour, elle arriverait à rester au même endroit que moi. D’après Anthony ça serait compliqué, mais qu’en ce moment elle était à la recherche de ses élèves.  Ce mec était génial, c’était exactement tout ce dont j’avais besoin.

Partir en quête de Charlotte n’était pas chose aisée, mais je finissais par la repérer et pour être sûr de ne pas la perdre de vu une seconde fois je criais son nom. Cette fois elle ne pouvait plus m’éviter. Non ce n’était pas un piège, mais presque et comme je n’étais pas forcément le Roi de l’entrée en matière, comme un glandu je lui demandais si elle allait bien. C’était la base certes, mais j’aurai pu faire mieux. « Bien ! Froid. Mais bien et toi ? » En plein hiver, il n’était pas étonnant d’avoir froid. Ceci dit en regardant mieux Charlotte, je comprenais mieux aussi. La pauvre n’avait pas de manteau. « T’as oublié ton manteau dans ta précipitation à vouloir sauver tes élèves ? » C’était un geste très noble de sa part, mais qui n’allait pas vraiment la réchauffer. « Tiens prends ma veste, ça ira déjà mieux » Rapidement j’enlevais ma veste pour la déposer sur les épaules de Charlotte. Oui je ne lui laissais pas vraiment le choix, mais c’était pour sa survie. Bon d’accord elle était un peu trop grande pour elle, mais selon moi, elle lui allait très bien.
Si à la base j’étais venu pour flirter avec elle, mon excuse c’était de l’aider à trouver ses élèves. Peut-être qu’ils avaient voulu s’éclipser pour faire des bêtises. Je faisais part de cette idée à Charlotte, mais apparemment elle n’était pas prête pour ça non plus. « Oh euw. J’avais pas besoin de savoir ce que font mes élèves quand je ne les surveille pas. » J’haussais les épaules en signe d’excuses. De toute façon c’était ça, ou alors ils étaient en train de fumer en cachette. Malgré tout, cela ne m’aidait pas à comprendre ce qui était en train de se passer et je demandais à Charlotte si elle en savait plus que moi. Peut-être que c’était prévu, mais que ELLE n’avait pas oublié contrairement à moi. « J’en sais trop rien. Nini a dit que les scientifiques avaient décidés de faire un suicide commun, mais Nini a beaucoup trop de préjugés sur les scientifiques. » Oui alors si c’était ça, ils auraient déjà fait sauter l’intégralité des bâtiments, un peu comme l’autre folle de Cercei dans Game of Thrones qui avait réunis tout le monde dans l’église pour tous les faire sauter. Donc non pas de suicide collectif. « A mon avis, le jour où vous lancerez une révolution ! » Ils avaient quand même les ingrédients pour faire des bombes artisanales, alors bon fallait pas trop les énerver quand même. Certes je pouvais courir vite, mais dans ces conditions ça ne me servirait pas à grand-chose. Si Charlotte non plus n’avait pas entendu parler d’un exercice, je suggérais que peut-être alors c’était un test imposé par la direction. « Je peux te tester, si tu veux » Je m’arrêtais net de marcher pour regarder Charlotte. Alors celle-là, je ne l’avais absolument pas vu venir. « Et sur quoi tu voudrais me tester ? » Je haussais les sourcils de façon évocatrice quant au domaine où je ne serais pas contre que Charlotte me teste. « Eurm… Je n’ai pas dit ça. » Si, si elle l’avait bien dit, j’avais tout bien entendu. « Enfin si ! Mais ce que je veux dire, c’est… » Qu’est ce qu’elle voulait vraiment dire alors ? « C’est que ? Dit moi tout »
Ses joues prenaient de plus en plus de couleurs et mon sourire s'agrandit en même temps. La situation était drôle. “Que… Que tu as sans doute raison, oui. Urg. Désolée. Tu me rends anxieuse, c’est terrible. URG ù Je n’ai pas dit ça, non plus” Okay, je tenais la révélation de fin d’année. C’était bon à savoir que je la rendais anxieuse. « Bon… Je vais arrêter d’aligner des mots avant de m’embarrasser un peu plus, d’accord ? » Oh mais non ça serait triste qu’elle arrête de parler. “Huum pas d’accord” Même pas du tout, maintenant qu’elle avait commencé, je n’allais pas la laisser tranquille aussi facilement. “Et donc je te rends anxieuse ? C’est du à quoi ?” Pas parce qu’elle avait peur de moi j’espérais. Ceci dit, ça pouvait expliquer le fait qu’elle se sauver rapidement à mon approche. Quoique ça ne serait pas logique si elle voulait me tester. “C’est parce que tu me trouve incroyablement attirant ?” Alors oui sur ce coup je n’étais absolument pas modeste, mais je voulais voir jusqu’à quelle camaïeu de rouge Charlotte pouvait aller.
Evidemment c’était aussi à ce moment là qu’on arrivait à retrouver un petit groupe d’élève en train de faire je ne savais quoi.. La vie était très mal faite et comme j’étais un peu frustré, j’utilisais encore la menace. “Vous avez  3 minutes pour retourner à votre point de ralliement. Si c’est pas fait, je vous met 4h en colle avec pour objectif de laver les affaires des joueurs de football et les chasubles” Ils essayaient vaguement de se trouver des excuses, mais ça ne fonctionnait pas avec nous. Après avoir essayé en vain de pourparler ils nous avaient enfin laissé seuls. Avec mon plus grand sourire, je me tournais vers elle. “Ce n’est pas dû à un excès de timidité, parce que tu ne t’enfuies pas devant Léopold ou Anthony.” Donc on en revient à ma première et seule possibilité. Oui je n’étais pas un garçon très inspiré par les possibilité parce qu’au final, j’aimerais bien que la mienne soit la bonne.





lumos maxima

_________________
Talking to the moon.
vlvl.@ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: (2016) I need a little sympathy to sore my insecurities + Reed   

Revenir en haut Aller en bas
 
(2016) I need a little sympathy to sore my insecurities + Reed
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» heather ▬ sympathy for the devil
» Test import sur Full Metal Alchemist Dual Sympathy
» Qui va gagner l'Euro 2016 ?
» [Rennes] Déplacement de la communauté au Havres le 23/04/2016
» Appel à l'organisation de l'ETC 2016

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE LAST FIVE YEARS. :: (rockland, me) :: northern rockland-
Sauter vers: