AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (2015) I’m genetically programed to fuck people’s sisters.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité


MessageSujet: (2015) I’m genetically programed to fuck people’s sisters.   Ven 7 Avr - 21:26


It’s one of those dumb days
where nothing’s really wrong but nothing’s really right either
and the sky can’t even choose to be white or gray.


Cameron n’a probablement jamais été aussi heureux d’apprendre que son fraté de toujours compte s’absenter tout le week-end. Par pure politesse, tandis qu’il implose de joie, il lui demande la destination et la durée exacte de son voyage. Il veut savoir précisément l’heure à laquelle il quittera Rockland et à quel moment de la journée il compte revenir dimanche. Pendant que Reed lui détaille le programme prévu, Cameron imagine les deux jours qu’il va pouvoir passer avec Elsa. Ils vont enfin avoir l’occasion de sortir en agissant comme un vrai couple, sans avoir à craindre quoi que ce soit. Reed ne sait toujours pas que son coéquipier et meilleur ami sort slash couche avec sa sœur. Cameron a déjà voulu lui dire, parfois. Il lui est arrivé de lancer la discussion – maladroitement, on ne va pas se mentir. Mais il n’a jamais pu lui annoncer que lui et Elsa se sont lancés dans une folle aventure il y a de ça plusieurs mois. Si au début, devoir se cacher avait un petit côté excitant, Cameron s’en lasse. Ils ne peuvent absolument rien faire sans s’assurer que ce soit parfaitement secret. Le plus dur dans l’affaire, c’est d’être obligé de mentir. Tous les jours, Cameron prétend être célibataire. Lorsque lui et Reed sortent ensemble, il doit souvent faire l’effort de s’intéresser à une femme au hasard. Reed l’a connu plus « gourmand », il ne rate jamais une occasion de lui faire une remarque sur sa soudaine sagesse presque dérangeante. Mentir à son meilleur ami, voire même son frère, c’est ce qu’il déteste le plus. Du moins, c’est ce qu’il dit. Présentement, il n’a pourtant aucun mal à inventer un week-end solitaire en compagnie de sa télévision et d’un pack de bières. Sur le coup, ça ne le dérange pas le moins du monde. C’est devenu une habitude, il le fait naturellement. C’est après que les choses se compliquent, quand Cameron prend conscience que tôt ou tard, ils devront forcément sortir de leur trou. Il sait d’avance que Reed mettra du temps à lui pardonner, peut-être même qu’il ne lui pardonnera jamais. Plus ils traînent à lui dire, plus ça fera mal. Comme d’habitude, il oublie vite le moment où la vérité devra éclater. Tout ce qui l’importe, c’est de pouvoir être tranquille avec Elsa.

Toute la journée, il pense à ce qu’il va faire. Cameron voit les choses en grand. Reed étant absent, ils peuvent se permettre tout et n’importe quoi. Ils seront libres d’exprimer leur amour, libres de peindre nus en chantonnant de sombres comptines russes, de regarder les dessins-animés en s’autorisant un câlin, parfois un baiser. D’emblée, il se sent comblé de joie, conquis par la beauté de la vie. A tel point qu’il partage inconsciemment son bonheur avec son équipe, les épuisant avec de vieilles chansons françaises que personne ne connaît à part lui. Il est comme ça, Cameron, quand il est content, il déborde d’énergie. C’est avec cette même énergie qu’il rentre chez lui. Il prend évidemment le temps de se poser devant la télévision, réfléchissant à s’il doit prévenir Elsa de leur soirée ou non. Après quinze minutes à peser le pour et le contre (oui, Cameron fait vraiment ça), il décide à l’unanime (il peut faire ça aussi) de surprendre sa petite-amie. Maintenant, il s’agit d’être beau. Le footballeur court jusqu’à sa salle de bain, jette ses vêtements avec beaucoup d’enthousiasme et se glisse sous le jet d’eau chaude en laissant sa voix baryton envahir les airs. « I STILL HEAR YOUR VOICE WHEN YOU SLEEP NEXT TO MEEEE ! I STILL FEEL YOUR TOUCH IN MY DREAAAM ! FORGIVE ME MY WEAKNESS BUT I DON’T KNOW WHYYYY, WITHOUT YOU IT’S HARD TO SUUUURVIIIIIVE ! » Il attrape le pommeau de douche dans la foulée, prêt à donner le meilleur de lui-même pour le refrain. « ‘CAUSE EVERYTIME WE TOUCH, I GET THIS FEELIIIING ! AND EVERYTIME WE KISS, I SWEAR I COULD FLYYY ! CAN’T YOU FEEL MY HEART BEAT FAST, I WANT THIS TO LAAAST, NEED YOU BY MY SIIIIIDE ! » Pour le reste, il se contente de fredonner avec beaucoup de passion et d’engouement. Il dévoile son répertoire musical et ses goûts éclectiques au fur et à mesure de sa préparation. Il en est à Freed From Desire lorsque, vêtu d’une jolie chemise blanche et parfumé virilement, il constate qu’il est prêt à retrouver sa belle.

Au moment où il s’apprête à sonner, il se dit qu’il aurait pu penser à acheter un bouquet de fleurs. Ou autre chose. Une petite attention, n’importe quoi. C’est trop tard, il est là, et il a très envie de profiter de sa soirée avec Elsa. Il est un peu plus de 21h00, Reed est normalement parti depuis longtemps. Si ses calculs sont bons, la jeune femme devrait lui ouvrir en salopette, un pinceau en main. On parie ? Allez, on parie. Il appuie sur la sonnette et attend, préparant d’ores et déjà son regard de braise. La porte est à peine ouverte, il lance sa pire tirade de séduction. « Salut bébé, pour toi j’ai… » Pas une énorme paire de pépites. Cameron perd son pari, puisqu’il se retrouve face à un Reed tout confus, et franchement pas prévu au programme. « … Une grande surprise ! » Qu’il fait après un léger temps d’arrêt. « Je suis amoureux de toi, Reed McMahon. Marions-nous ! » Si on lui pose la question, il n’avait pas tellement envisagé ce scénario.
Revenir en haut Aller en bas

petits mots : 13

⇥ my note-book.
availability: free du rp
contact book:

MessageSujet: Re: (2015) I’m genetically programed to fuck people’s sisters.   Mar 18 Avr - 20:50




Normalement ce week-end je devais partir à Disney World avec Amelia. C’était même prévu depuis un moment. Fièrement je pouvais dire qu’avec Amelia on était ensemble depuis quelques mois. Elsa ne l’aimait absolument pas. Elles avaient deux caractères diamétralement opposé et je devais avouer que ma copine n’était pas la femme la plus futée du monde. Elle était mannequin, incroyablement sexy et adorable, mais ce n’était pas avec elle qu’on pouvait avoir une conversation sur le sens profond de la vie. Tout comme elle n’était pas avec moi pour mon incroyable culture. Que je sois un joueur de foot célèbre avait été son premier critère pour m’aborder. Je ne m’en plaignait pas, tant qu’il n’y avait pas d’embrouilles entre nous, c’était parfait comme cela, même si je savais que je ne finirais absolument pas ma vie avec elle.
Non pour l’instant j’allais juste me contenter de l’emmener à Disney World et c’était déjà pas mal. J’avais tout prévu, le voyage, les billets, l’hôtel de luxe, je n’avais rien laissé au hasard, enfin presque. “Tu m’écoute Reed, ça fait 10 minutes que je te parles” Alors ça c’était une question piège, j’en étais sûr. “Évidemment que je t’écoute !” C’était un mensonge, mais j’étais persuadé que ça allait passer comme une lettre à la poste. “Alors qu’est ce que je viens de te dire ?” Okay alors là j’étais foutu par contre, alors autant continuer le bobard jusqu'au bout “C’est bien simple, tu me disais que ce week-end allait vraiment te faire du bien et que t’avais hâte de pouvoir dire bonjour à Mickey, Minnie et toute la clique” en soit il n’y avait rien de déconnant dans ma réponse, mais vu le regard noir que me jetais Amelia, elle ne devait pas être d’accord avec ça. “C’est toujours le même problème avec toi, tu n’écoute rien de ce que je te dis, je commence à en avoir sérieusement marre Reed, à croire qu’il n’y a que ta petite personne qui t’intéresse” C’était complètement faux, il y avait ma famille et Cameron qui m'intéressaient, et puis elle avait ses règles pour me prendre la tête comme ça ? J’avais eu une absence de 5 minutes pendant laquelle je n’avais pas fait attention à elle, ce n’était pas non plus la fin du monde. “On va pas en faire toute une histoire, je suis désolé. Alors qu’est ce que tu disais ?” Si elle me parlait de Mickey, j’étais prêt à m’énerver moi aussi. “Non Reed, c’est trop simple. On peut pas continuer comme ça, j’ai besoin de quelqu’un qui soit à mes petites soins et c’est pas toi. Alors je te quitte” Heuuu ? J’étais vraiment en train de me faire larguer alors que dans 2h on devait prendre l’avion ? De toute évidence oui. “Tu prends les devants avant que je te coince avec un autre mec ?” Oui j’étais blessé dans mon amour propre de me faire larguer comme ça et la claque qui venait de retentir sur ma joue me faisait mal tout court. “Dégage de chez moi, je veux plus te voir” J’avais pas besoin de son invitation. Je récupérais ma valise et partit en claquant la porte.

J’étais passablement énervé et sur la route j’avais dû insulter beaucoup trop de gens qui n’avaient absolument rien demander. Rentrer à la maison me faisait le plus grand plaisir et parce qu’Elsa ne s’attendait pas à me voir rentrer si rapidement, je hurlais dans l’appartement pour qu’elle sache bien que je sois présent “T’es ouuuuu ? J’ai une grande nouvelle qui va te faire plaisir.” Après avoir cherché dans le salon et la salle de bain, je la trouvais tranquillement dans sa chambre avec la tête de quelqu’un qui ne s’attendait pas à me voir. “Amelia à rompu avec moi” Je m’allongeais tranquillement dans son lit, une main derrière la tête. “Alléluia” Heureusement que je n’avais pas le coeur brisé et que je ne comptais pas sur elle pour me réconforter. “Du coup je suis heureux de t’annoncer que tu vas passer le week-end avec ton merveilleux frère” Elle avait trop de la chance, par contre hors de question qu’on aille à Disney. Fini cette connerie. “Je sais que ça te fais plaisir et que t’es la plus heureuse” Si c’était le cas, elle cachait vachement bien ses sentiments.

Maintenant la grande question était de savoir ce qu’on allait bien pouvoir faire de tout ce temps qui s’offrait à nous. Je m'apprêtais à poser la question à Elsa, mais la sonnette avait été plus rapide que moi et comme je me sentais d’humeur à aller ouvrir. “Bouge pas j’y vais. C’est sûrement Amelia.” . De toute façon qui ça pouvait bien être d’autre ? Pas des gens que je connaissais, tout le monde me pensaient en week-end. Ooh Elsa avait peut-être prévu une soirée avec ses potes. La seule façon de savoir était encore d’ouvrir la porte. « Salut bébé, pour toi j’ai… » Oulaaa est ce que je devais avoir peur de voir Cameron commençait ses phrases comme ça ? “Tu as quoi ?” J’étais un peu perplexe pour le coup, mais il fallait s’attendre à tout avec lui. « … Une grande surprise ! » Mon visage s’illuminait, j’adorais les surprises, encore plus quand elle venait de Cameron. « Je suis amoureux de toi, Reed McMahon. Marions-nous ! » Je ne m’attendais absolument pas à ce genre de déclaration, mais j’étais ravi et j’ouvrais grand l’espace de mes bras pour l’embrasser. “Je savais qu’on était fait l’un pour l’autre. OUI JE LE VEUX” Puis en plus on vivrait en union libre, on serait heureux et on pourrait faire tout qu’est ce qu’on voulait. Au bout d’un moment je finissais quand même par le lâcher pour le laisser entrer et fermer la porte. “Mais comment t’as su que j’étais là ?” Jusqu’à très peu de temps encore j’étais censé partir à Disney World avec Amelia. “Laisse moi deviner, c’est l’amour qui t’as poussé vers moi et qui t’as soufflé que je m’étais fais larguer ?” Je ne voyais pas d’autres explications possibles, parce que sinon pourquoi venir ? Ce n’était pas comme si il était venu pour voir Elsa. D’ailleurs en parlant de ma petite soeur. “Elsa on a une personne supplémentaire pour notre week-end de folie” J’avais la flemme de retourner dans sa chambre alors hurler était la meilleure des solutions, par contre pour aller chercher des bières dans le frigo, là j’étais au taquet.

_________________
Talking to the moon.
vlvl.@ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: (2015) I’m genetically programed to fuck people’s sisters.   Sam 29 Avr - 23:09



A kiki is a party, for calming all your nerves
We're spilling tea, and dishing just desserts one may deserve
(Let's have a kiki)


François-Ferdinand d’Autriche est la personne la plus ennuyante qui a existé sur cette planète terre. Et je suis à peine médisante, ok ?! Voilà une semaine que je cohabite avec son fantôme, et je n’en peux plus. Comme nous allons étudier dans la Première Guerre mondiale, nous avons été assignés avec un dossier sur une figure majeure de ce premier conflit du siècle dernier. J’ai le droit au type qui est mort et a déclenché la guerre. Pour commencer, bébé François-Ferdinand ressemble à une demoiselle. Pour continuer, c’est long à dire, François-Ferdinand. Il avait une moustache ridicule, et pourtant sa femme était fichtrement canon… Il y a de l’injustice partout, oui. Et pour finir, son assassinat est le pire attentat jamais réalisé de l’histoire. Les assassins envoyés devaient être des assassins débutants. Ils étaient six. L’un d’entre eux a abandonné avant de passer à l’acte, un autre a oublié le non-automatisme des grenades qui n’a donc pas touché la voiture de l’archiduc et a tenté de se suicider. Sauf que sa cyanure était périmée. Et la rivière dans laquelle il s’est jeté pas profonde. Les autres ont décidé d’abandonner, et il y a eu assassinat seulement parce que la voiture de François-Ferdinand a pris un mauvais chemin pour se rendre à l’hôpital pour voir les blessés de la première bombe et que le dernier du groupe d’assassin prenait un sandwich pas loin. Tout ça pour dire ? Même la mort de François-Ferdinand est ridicule, je m’ennuie, j’ai pas envie de bosser. Je préférerais faire un exposé sur Flula Borg, de qui je suis amoureuse depuis que j’ai vu Pitch Perfect 2. Ou bien je préférerais être avec Cameron, de qui je suis amoureuse depuis qu’il a fait cramer le steak de mon hamburger parce qu’il était trop occupé à chanter une chanson paillarde pour me faire sourire. L’arrivée pas attendue de Grand McMahon est donc plus que la bienvenue. Je réponds à son beuglement par un tout pareil pour lui dire que je suis dans ma chambre, et je le vois apparaître l’air tout… énervé, je crois. Je fronce les sourcils et penche légèrement la tête de côté. « Qu’est-ce que tu fais là ? T’es pas censé être à Disney ? » Le bougre avait prévu un week-end à Disney World avec sa cruche de petit-amie. Ce qui expliquait le fait que je boudais doublement : Disney World sans moi et en plus avec cette pimbêche d’Amelia. Il ne m’a pas respecté, pour le coup, Reed. Ça s’fait pas. “Amelia à rompu avec moi” Attendez… Quoi ? Pour de vrai ? Ma bouche s’ouvre en grand, mes yeux s’illuminent. « Haaaan ! » OLALA ! Mais finalement, elle est capable d’un semblant d’intelligence ! « Pour de vrai ? » Oui, pour de vrai. La petite danse de la joie est là, j’agite mes bras dans tous les sens et sautille sur place. Il va s’installer sur mon lit, comme s’il était chez lui, et je suis trop heureuse pour lui en vouloir ne serait-ce qu’un peu. “Du coup je suis heureux de t’annoncer que tu vas passer le week-end avec ton merveilleux frère” Je préfère ça que le passer seule avec François-Ferdinand ! « Si tu comptes déprimer tout le week-end, tu peux t’en aller ! » Sinon ça va, je l’accepte ! Bon débarras ! “Je sais que ça te fais plaisir et que t’es la plus heureuse” « ON PEUT ALLER A DISNEY NOUS ?! » Ce serait dommage de perdre les tickets, non ? NON ? COMMENT CA NON ? « ALLEZ TU M’AIMES ! » Il ne veut pas. Il va finir par la fenêtre, moi je vous l’dis !

Je n’ai pas le temps de tenter de le convaincre que la sonnette retenti. “Bouge pas j’y vais. C’est sûrement Amelia.” AHAH, non ! Elle n’est pas la bienvenue ! « J’pense pas ! J’ai commandé une pizza. Si c’est Amelia, tu la vires. Si c’est le livreur de pizza, tu lui fais un bisou. » Il faut être sympa avec les livreurs de pizza, ces gars sauvent des vies ok ? Je laisse Reed partir à la conquête de la porte d’entrée et me tourne vers mon ordinateur. Je jette un sale regard au fichier word, vais cliquer sur la petite disquette puis je m’étire comme un chat avant de me lever pour rejoindre l’entrée à mon tour. Dans le couloir, j’entends mon frère beugler un “OUI JE LE VEUX” et je fronce les sourcils. Oh non. C’est Amelia. JE M’Y OPPOSE ! Je cours presque littéralement jusqu’à l’entrée et me fige sur place, les yeux grands ouverts. C’est pas du tout Amelia que Reed est en train d’étreindre maladroitement. Mais Cameron. Comme Cameron mon petit-ami. Cameron le meilleur ami de Reed. Cameron l’équation n’est pas bonne et Reed ne sait toujours pas que nous sortons ensemble parce que ça ne se fait toujours pas, au vingt-et-unième siècle, de sortir avec la petite sœur de son meilleur ami. HUM HUM. « Oh mon dieu… » Que je marmonne alors que mon cœur commence à battre à 100 à l’heure et que je sens mes joues s’empourprer. “Laisse moi deviner, c’est l’amour qui t’as poussé vers moi et qui t’as soufflé que je m’étais fais larguer ?" Non, je pense pas. Je pense que Reed a dû dire à Cameron qu’il n’était pas là du week-end, et que Cameron a vu là une occasion de pouvoir venir à l’appartement sans qu’on ait à s’inquiéter de la présence du grand méchant loup. J’échange un pauvre regard de détresse avec mon petit-ami. Reed se tourne à ce moment-là et je m’empresse de reprendre un air naturel. “Elsa on a une personne supplémentaire pour notre week-end de folie” Le. Cauchemar ! Est-ce que Reed envisage sérieusement de passer le week-end entier avec Cameron ? Je crois que oui. Un semblant de sourire s’inscrit sur mes lèvres et je lève une main, faussement enthousiaste. « Salut um… Christian ? Claude ? Canada ? » On remerciera les cours d’improvisation que je suivais au lycée, d’accord ? D’accord ! Je ne suis pas censée connaître Cameron. Et cette hésitation quant à son prénom, je l’ai réellement eu la première fois où on s’est retrouvé tous les deux alors… C’est presque du vécu ? « Oh pardon, Cameron ! » Je fais lorsque le footballeur me reprend, un pauvre sourire de cruche sur les lèvres. Je sens le rouge monter jusque sur mes oreilles, et je profite que Reed se dirige dans la cuisine pour me rapprocher de l’intru. « Va-t’en, va-t’eeeen ! » Je fais en le poussant un peu. Oui, je sais accueillir nos invités. Cette soirée risque d’être terriblement gênante. « Oh, tu sens fichtrement bon. » Je dis, très sérieusement, avant de hocher la tête. CE N’EST PAS LE MOMENT D’ÊTRE UNE FEMME FAIBLE ! Reed revient plus vite que prévu. Je m’éloigne de Cameron, sans aucune subtilité. Le téléphone attire mon regard et je m’en saisi. « Je commande d’autres pizzas, j’imagine ? » Olala. C’est que ça ne va pas arranger les choses, ça, mais je panique ! Je suis du niveau des assassins de François-Ferdinand, oui. Oui, oui. Malheureusement, j’ai peur de ne pas pouvoir y faire grand-chose. « Et c’est quoi cette histoire ? Pourquoi « OUI JE LE VEUX ? » ? Pendant un moment, j’ai cru qu’Amelia était de retour et voulait carrément t’épouser et te faire douze enfants. » Quoi que l’idée de voir Reed et Cameron époux ne m’enchante pas plus, pour une sombre raison évidente… Hum.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: (2015) I’m genetically programed to fuck people’s sisters.   

Revenir en haut Aller en bas
 
(2015) I’m genetically programed to fuck people’s sisters.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Xbox 360 vivra jusqu'en 2015 ...
» JVC en 2015...
» La guerre des empereurs pour 2015 fait rage !
» La world cup III (2015) aura lieu en...
» star wars episode VII en 2015 chez Disney

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE LAST FIVE YEARS. :: (gotta have faith) :: easy come easy go :: tale as old as time-
Sauter vers: