AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 evolution revolution love ☤ erwin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité


MessageSujet: evolution revolution love ☤ erwin   Dim 2 Avr - 0:07



erwin lynch
"I only call you when it's half past five
The only time that I'll be by your side
I only love it when you touch me, not feel me
When I'm fucked up, that's the real me"

© tumblr/and they were  fucked up  happily ever after

- nom complet : lynch, comme le grand bonhomme dont les nerds qui viennent gratter sa merde parlent avec des étoiles  dans les yeux et la bouche qui dégueule d'admiration et d'anecdotes dont il se tape. c'est pas exactement le même paradis qu'il vend et ça ne s'appelle pas rêve, c'est pas de la fiction, c'est pas du fantastique,erwin c'est pas du cinéma, c'est en réalité, l'expérience 3D avec des vrais flingues et des vrais petites mains pour remplir les sachets, l'entreprise de l'enfer et ses suppôts prêt à livrer la marchandise sans délai et empoisonner la ville avec leurs conneries et leurs gros billets. - âge : il se fait vieux fossile, estimé d'y il y a une quarantaine d'années, en pleine crise d'existence, à la recherche du putain de sens à la vie s'il pouvait pas être en complément alimentaire ou dans la notice des médicaments pour l'anxiété. 'sait pas exactement où il est caché, où il s'est perdu dans ses papiers, comme les clefs de chez lui dans ses proches troués ou dans le dédale de sa caboche rouillée où tout grince comme des rouages usés. une raison de vivre pour faire la métaphore de son innocence volée et-cetera, vieux con c'est tout ce qui lui va au teint. - origines et nationalité : pur-produit du coin, appellation d'origine protégée manque plus que l'étiquette bio et une médaille autour du cou, c'est le gamin qu'à connu que le patelin et qui finira bien par y crever un jour, sans doute écrasé par le bus scolaire qui le déposait devant son bahut tous les matins où il décidait de se lever. né de parents sans doute originaire d'ici avec leurs parents qui sont aussi nés dans cette ville, depuis des générations complètes et du monde il aura vu que les cartes postales et les paysages dans les films, graissé la paluche de quelques étrangers pour essayer de s'exporter ou de se changer les idées sans jamais ferrer des poisons qu'une nuit d'été. - profession : c'est le grand monsieur, en bas de l'immeuble, au coin de la rue, qui attend dans une belle bagnole noire plus cher que tout ses biens réunis, habillé en noir dans des vêtements crasseux dont l’œil avisé reconnaîtra les mêmes coutures jour après jour. le sale type entre le clodo et le prédateur sexuel et son grand manteau, qui serre beaucoup trop de mains et qui laisse des cendres derrière lui après chaque passage, cadavres calcinés et clope écrasé du talon de chaussures cirées. monsieur loyal sème sa drogue comme le petit poucet, le dealer du quartier à la tête de son propre réseau, le monstre du placard des mères modèles et le père-noël des jeunes et des pucelles.  - statut civil : madame rayée de la carte depuis l'année dernière, libre de toute union de toute prison, depuis qu'il a brisé ses chaines alors ça se déchaîne dans ses passions, retour en arrière dans les années jeunesses. ça batifole, ça vole pas haut, entre quelques cœurs et sous quelques draps froids,  sans trop s'attacher, sans s'arracher, au carrefour des rêves  ils se croisent et s'embrassent, ça se fume comme une cigarette dont il reste que les mégots au matin, c'est doux et violent à la fois comme une nuit d'orage, ça se vit les yeux ouverts pour pas avoir peur de disparaître.  - situation financière : $$$ plus qu'il n'en faudrait, distribué à tous sauf à ceux qui en auraient le plus besoin, dépensier, désabusé, la main sur le coeur, la poigne sur le muscle décomposé, son argument pour pas cramer. - traits de caractère : bavard, serviable, grossier, colérique, généreux, désabusé, décontracté, rancunier, distrait, loyal, stratège. - groupe : in the moment.

climbing uphill—

- en quelques lignes, à quoi votre vie ressemblait-elle il y a cinq ans ? il y a cinq ans il avait encore une femme qu'il prétendait aimer, ils sortaient ensemble comme des ados sans vraiment se toucher la main et s'embrasser qu'à moitié, par erreur, des lèvres croisées par accident et des mots d'amours répétés comme par réflexe comme un robot qui suit sa ligne de code, une poésie qu'on récite pour faire plaisir et parce qu'on la connaît par coeur. y avait les gamines qu'il fallait encore border, qu'il fallait rassurer, leur expliquer ce que c'était que l'amour quand on ne savait même pas soit même ce que cela voulait dire et si ça existait vraiment. le monde, grand et vaste et la pression sur les épaules, cette sensation d'être devenu un adulte mais de pas avoir réussi à bien gérer la transition quand tous les autres sont déjà rangés, casés, avec leurs dîners d'amis et leurs soirées devant le canapé. il y a cinq ans, il se demandait encore pourquoi il n'arrivait pas trouver les nanas jolies devant son poste télévisé, il pensait qu'il était juste dépassé, qu'il aimait pas se déshabiller, peut-être que c'était lui qu'il pouvait encadrer, ce qu'il était. il y a cinq ans, c'était il y a dix ans, il y a quinze ans, une éternité, comme-ci il avait vécu pendant des siècles dans ce piège, ce petit palais d'or qu'on lui a vendu pour une poignée de dollars et dont il s'est trop vite lassé. - depuis ce jour quels ont été les amélioration et les déclins dans votre vie ? c'est resté stable jusqu'à l'année dernière, on peut pas dire que ça ce soit amélioré, mais ça s'est pas non plus cassé la gueule, c'est juste devenu plus bordélique mais mieux rangé dans sa tête. il l'a tout de suite repéré, ce moment où ça devenait impossible d'être heureux, chacun dans son coin, avec l'envie de couper le lit en deux et d'arrêter de faire semblant, à se demander pourquoi ça n'allait plus parce qu'il aimait toujours lui parler et aller au cinéma avec elle, mais qu'il n'était pas sur de pouvoir donner ce qu'elle attendait et d'être autre chose qu'un ami parfait à en chialer. et il sait pas exactement comment tout s'est déroulé, c'est arrivé, comme respirer, ce qui a déclenché le truc, quand il s'est mit à embrasser d'autres personnes par accident et caresser la peau d'autres gens et à aimer d'autres hommes, qu'il s'est rendu compte qu'il pouvait lui aussi prendre son pied et qu'il était pas frustré, que le problème c'était elles au sens large du terme. - quelles sont vos principales motivations dans la vie ? retrouver de la stabilité c'est son objectif principal, parce que c'est ce qui semble le plus sain à faire, c'est ce que quelqu'un de sensé répondrait, maintenant que c'est foutu pour le reste et que la banalité peut bien aller se faire niquer. alors il devrait peut-être suivre les études de celles qui l'appellent encore papa malgré tout et continuent d'envoyer des smileys par message pour le rassurer, il devrait arrêter d'acheter le pardon de son ancienne amie comme-ci il était vraiment coupable de pas avoir été capable d'être à la hauteur et se cacher derrière des liasses plutôt que d'assumer et de s'excuser de pas avoir su parler. mieux encore se trouver un vrai travail qui lui assure un avenir un vrai. à la place il fume toute la journée dans le plus grand des silences et coupe de la coke comme si c'était un art secret d'aller fusiller les neurones des jeunes à la sortie des lycées où ses propres chéries pourraient se montrer, il remet à demain les questions d'hier et se traîne jour après jour comme un déchet en espérant que le ciel lui tombera sur la tête et que tout va s'arranger. les doigts croisés dans le dos parce que la situation pourrait être pire et que dans le chaos c'est un peu plus chez lui chaque jour.  - pour vous, qu'est-ce que rockland représente ? c'est comme une prison, c'est devenu une prison, à force, le seul endroit qu'il connaisse assez bien pour citer toutes les rues de mémoires, toutes les planques et les raccourcis à prendre quand la flicaille essaye de réguler un peu le merdier que représente son buisness et celui des larbins, des autres criminels. rockland, où il connaît toutes les sorties et le plan par coeur, mais d'où il peut pas se barrer, il y arrive pas, c'est plus fort que lui,  rockland c'est un endroit où le temps s'est arrêté y a des années, quand il est sorti du bahut sans diplôme ni rien d'autre qu'un peu de cervelle et des mains sales, une impasse dans laquelle il est coincé, le début, le milieu et la fin de l'histoire sans péripéties ni damoiseaux à sauver. - placez les termes suivants dans l'ordre d'importance, selon vous: famille, amitié, amour, argent, estime de soi, carrière. amour, estime de soi, carrière, famille, argent, amitié. - imaginez et décrivez nous une vie idyllique. cliché américain d'une belle maison trois fois trop grande et de cette pelouse verte nucléaire, tant que ça brûle la rétine assez pour y croire. et puis, un chien qui gambade entre les jets d'eau automatique, une vie posée et tranquille, d'un calme plat et un mariage heureux, tout l'inverse de ce qu'il a réussi à se ramasser jusqu'à présent. quelque chose que n'importe quel con pour avoir. qui demande ni d'être trop bon trop ni trop truant. parce que peut-être que l'idéal ce serait d'être quelqu'un de totalement de différent et de mieux que ce qu'il est vraiment, le paradis c'est le jekyll de son hyde qui gagne, quelqu'un de bien et de respectable comme monsieur tout le monde avec une vie qu'on peut envier et qui ne passe pas aux faits divers à la télé pour dénoncer la pseudo-décadence de la pseudo-humanité. et c'est bien pour ça qu'il se contente de la rêver parce que hyde a gagné. - quels sont vos voeux et vos envies pour les cinq prochaines années ? il espère que sa famille sera heureuse et pourra s'en sortir sans lui, aussi égoïste que ça puisse être, parce que c'est certain qu'elle ira mieux sans sa présence et l'ombre de ses affaires. par la même occasion, il espère que lui, il pourra s'en sortir sans eux et se débrouiller comme un grand maintenant qu'il a quitté le navire, abandonne une deuxième fois le cocon pour prendre son envol. mais c'est pas son genre de jurer ou de demander quelque chose, d'espérer qu'il arrive miracle, c'est ce qu'il fait déjà au quotidien et c'est aussi utile que de demander à un aveugle s'il a vu ce connard de pigeon qui vient de s'écraser contre une vitre, c'est du genre à se prendre des baffes et se faire cracher dessus, parce que c'est tout ce qu'il mérite à agir comme un connard et parce que ça lui va bien d'être un enculé. c'est pour les autres qu'il prie d'être mieux, voir oublié, qu'ils aient pas la sale idée de pleurer à ses funérailles.

moving too fast—

- skinny love, bon iver. - couting stars, one republic. - take me to church, hozier. - the kill thirty second to mars. - the hills, the weeknd - evolution revolution love, tricky.

i'll be there soon—

erwin a sa cigarette tatouée entre ses lèvres, constamment et à toute heure et c'est dans le contrebande qu'il aurait du se lancer parce que pour un pauvre junkie, il profite sans doute pas assez de sa came et beaucoup se demandent s'il y a goûté un jour. il te regarde droit dans les yeux quand il te parle avec, comme un espèce de chef indien et son calumet,  qui pourrait te révéler le secret de la vie, mais son plus grand secret c'est savoir si t'as un briquet pour l'allumer. et c'est tout ce qu'il est, de la fumée, des paroles dans le vent, une bombe dont la mèche est allumée des années et qui va un jour péter et tout détruire autour. — la délicatesse c'est pas son truc et quand il renverse pas des vases vieux de trois mille ans, que c'est pas l'accident diplomatique avec ce touriste client qui grince trop des dents, il oublie ses filles au lycée et se rend compte deux heures plus tard qu'il était sensé aller les chercher. alors, au fond, ça l'étonne pas qu'il n'ait pas obtenu la garde alternée et qu'il n'ait qu'un droit de visite, parce qu'il n'est pas sur de savoir leur faire des pâtes comestibles et c'est peut-être mieux qu'elles restent loin de lui. il sait pas s'occuper des autres et des choses précieuses. — les trucs explosent quand il y touche, aussi, et il aime bien quand ça explose et qu'il y a du feu, que c'est le grand spectacle. le chaos, la mort, y a quelque chose qui le fascine dedans, la destruction, ce bordel,  et c'est pas forcément sain, mais erwin il sait qu'il n'est pas le type le plus clean de la terre. si le feu de joie doit brûler sur des bidons d'essence, ça brûle et ça crache, ça hurle, ceux qui barrent la route se prennent un coup de briquer sur la jouet, le mégot contre la tempe. pyromane un deux balles, joueur pour le gros lot. — il loge dans un deux pièces assez crado où s'entassent ses cartons moisis qu'il n'a pas fini de déballer et qui n'ont plus besoin maintenant que le temps a tout rongé, les costards, les livres et les photos de familles détrempées. chez lui, il n'y a qu'une bonne connexion internet, le câble et un lit confortable, parce que c'est l'essentiel et qu'il n'a pas besoin de plus, il mange souvent des plats commandés quand il laisse pas ses invités lui préparer des petits mets, se fait servir comme un roi sur un royaume dévasté par la peste, son appartement c'est un peu le squat du premier clochard qui vient lui demander asile, le pied à terre quand il dort pas dans une planque où au fond d'un bar, quand il a besoin de se rappeler ce que serait sa vie s'il avait décidé de la vivre comme il était sensé le faire. comme un truc réchauffé, plus dégueulasse que ses pâtes ratées, avec son arôme d'industriel et de surfait. ça s'insurge contre la société et subversif. — quand il était gosse il faisait de la boxe, il tapait pas très fort mais surtout il avait jamais vu un type saigner de sa vie et était pas très fougueux, exemplaire, à suivre les règles et pas foutre des vraies raclées, puis quand il est arrivé dans la rue, il s'est fait coincer. ses côtes se souviennent aussi bien du choc que ses yeux de gamin du visage du mec qu'il venait de poignarder pour sauver sa peau, petits poings inutiles, l'image imprimée dans la rétine de ses grands yeux qui reviennent encore la nuit, de son cri qui se calque sur tous ceux des films d'horreurs à petit budget et sur la conscience qui vacille. pas de couteaux de cuisine dans ses tiroirs et une pelle rouillée dans la garage pour marcher tous les jours sur les fantômes du passé, plus efficace qu'un "chien méchant" pour faire fuir les fouineurs. — depuis il a apprit quelques gestes qui sauvent et sert un peu d'infirmier de quartier, malgré tout, et quand ça devient un peu trop douteux pour appeler un vrai médecin ou trop urgent,  ça désinfecte les plaies au whisky et fait des bandages digne de 14-18, ramasse des mamies dans la rue, jette une pièce dans l'écuelle du squatteur, porte les courses d'une belle fille. mec à tout faire, couteau suisse humain, qu'essaye de racheter ses crimes auprès de quelques aveugles qui veulent traverser en paix mais qui a déjà vendu son âme y a des années. trop bon pour être vrai. — ça n'empêche qu'il ne supporte pas la vue du sang, des souvenirs et des regrets qui montent et la panique qu'il essaye de cacher, des crises qu'il sait parfois pas contrôler et qui le font péter un câble quand les nerfs lâchent et qu'il se demande comment il a fait pour en arriver là. y avait sa femme pour le consoler quand ils étaient encore deux mais maintenant il est seul et y a personne pour l'empêcher de se fracasser le crâne contre la porte d'entrée, pour détourner le regard devant les boucheries au ciné, le ramasser derrière un parking abandonné après qu'un morceau de type soit revenu, sans le type. — erwin, c'est un gars sociable qui connaît beaucoup de gens, pas forcément parce qu'il deale avec eux mais parce qu'il connaît beaucoup de choses sur tout le monde à force d'écouter les racontars et de laisser traîner un ou deux indics, au départ pour s'assurer qu'on essaye pas de l'enfermer et forcément ça se vend encore mieux que la came, les infos. pendant dix ans il a bossé dans un bar pour se créer une couverture, avant de vivre uniquement de son petit marché, mais pour tout le monde il y est encore employé, juste en arrêt maladie à cause d'un règlement de compte qui a mal tourné, parfois en pause, certains soir il a même changé de patron, parce qu'on réalité, ça fait un bail qu'il est pas revenu pour encaisser.

- pseudo/prénom : red/emeline. - âge : 1/8 de siècle. - pays/région : france. - où avez-vous connu le forum :  long story  :mdr: . - vos commentaires :  :mini: . - autre : bijour.
Code:
[b]Cillian Murphy[/b] <t5>//Erwin Lynch</t5>


Dernière édition par Erwin Lynch le Dim 2 Avr - 18:54, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ginny Holloway
avatar
leave this blue neighbourhood.

petits mots : 624

⇥ my note-book.
availability: free (3/4).
contact book:

MessageSujet: Re: evolution revolution love ☤ erwin   Dim 2 Avr - 0:16

Cillian Murphy, je. :bow: :bow: :bow:
Bienvenue sur le forum. :inlove:
J'aime beaucoup ce début de fiche, j'ai hâte d'en savoir plus sur Erwin. :bril:

_________________
Some people can't get success with their art. Some people never feel love in their heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: evolution revolution love ☤ erwin   Dim 2 Avr - 0:19

CILIAN :bed: :bed: :bed:
et cette plume, mon dieu :bril: :bril:
bienvenue parmi nous :mini:
Revenir en haut Aller en bas
Tate Bartowski
avatar
all we do is think about the feelings that we hide

petits mots : 179

⇥ my note-book.
availability: disponible (1/3)
contact book:

MessageSujet: Re: evolution revolution love ☤ erwin   Dim 2 Avr - 3:57

Cillian :bril: :bril:
Bienvenue sur le forum :mini:

_________________

SORRY

I run away when things are good, and never really understood the way you laid your eyes on me, in ways that no one ever could © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Natalia Lindberg
avatar
with my feelings on fire, guess i'm a bad liar

petits mots : 427

⇥ my note-book.
availability: 〉close 2/2 (tate, lexie)
contact book:

MessageSujet: Re: evolution revolution love ☤ erwin   Dim 2 Avr - 9:02

Quelle fiche :inlove: Quelle playlist :inlove: Je veux pas te flatter mais :inlove:

ENFIN huhu. Bienvenue parmi nous Erwin :eyes:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

petits mots : 244

⇥ my note-book.
availability: libre
contact book:

MessageSujet: Re: evolution revolution love ☤ erwin   Dim 2 Avr - 9:54

cillian, quel homme. :dead:
bienvenue ici. I love you

_________________

wakin up to kiss you
and nobody's there
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: evolution revolution love ☤ erwin   Dim 2 Avr - 13:44

erwin ladouceur. :white: :aw:
Revenir en haut Aller en bas
Adel Rivera
avatar
definitely asshole, babe.

petits mots : 181

⇥ my note-book.
availability: 1/3 (tyhane)
contact book:

MessageSujet: Re: evolution revolution love ☤ erwin   Dim 2 Avr - 14:20

cilian :sad2:
bienvenue ici, et dude, que ce personnage a l'air intéressant :happy:

_________________

In a universe that looks like this dream.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: evolution revolution love ☤ erwin   Dim 2 Avr - 15:14

j'suis déjà fan, avec tout ce que je lis, ça oui. :bed: :resp: puis y manquait de dealer dans l'coin pour satisfaire la clientèle de rockland. :oops:
bienvenue avec l'trop beau cillian. :eyes2: :cutie: :green:
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: evolution revolution love ☤ erwin   Dim 2 Avr - 15:21

Lola Darcy a écrit:
puis y manquait de dealer dans l'coin pour satisfaire la clientèle de rockland. :oops:

suis bien d'accord :siffle: ma aspen sera ravie d'avoir un sexy dealer :pervy:

CILLIAN. JE MEURS. CE CHOIX.
et j'aime beaucoup ta plume :sad:
bienvenuuuue parmi nous :mini:
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: evolution revolution love ☤ erwin   Dim 2 Avr - 18:57

merci à tous. :inlove:
j'vois que je vais avoir des clients rapidement, la jeunesse va pouvoir se défouler. je vous ferai moitié prix parce que vous êtes jolies. :duh:
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: evolution revolution love ☤ erwin   Dim 2 Avr - 19:25

NON MAIS CET AVATAR :wai: :wai: :wai: :wai: :wai: :wai: :wai:
Et ce début de fiche on en parle ou on dit rien ? :inlove: Je sens que tu vas être parfait toi :love:
Revenir en haut Aller en bas
Ginny Holloway
avatar
leave this blue neighbourhood.

petits mots : 624

⇥ my note-book.
availability: free (3/4).
contact book:

MessageSujet: Re: evolution revolution love ☤ erwin   Dim 2 Avr - 19:50

Tout est parfait, j'adore ta plume. :dead: :rose:
Je te valide, bon jeu sur le forum. :eyes:

_________________
Some people can't get success with their art. Some people never feel love in their heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: evolution revolution love ☤ erwin   

Revenir en haut Aller en bas
 
evolution revolution love ☤ erwin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» evolution revolution love ☤ erwin
» Pro Evolution Soccer 2008
» Make the Evolution V4
» Revolution Under Siege
» Google EARTH & NABAZTAG - Evolution et Reflexions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE LAST FIVE YEARS. :: (gotta have faith) :: easy come easy go :: say you'll remember-
Sauter vers: