AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (2016) roll with it + milan c.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Natalia Lindberg
avatar
with my feelings on fire, guess i'm a bad liar

petits mots : 427

⇥ my note-book.
availability: 〉close 2/2 (tate, lexie)
contact book:

MessageSujet: (2016) roll with it + milan c.   Mer 29 Mar - 20:02

Le Ray Jazz Club était trop calme. Natalia n’aimait pas ça. L’odeur de tabac froid encore moins, mais l’endroit aurait été privé de son identité si cette fragrance singulière n’avait pas été subtilement mélangée aux effluves d’alcools, ainsi qu’au fumet des sièges en cuir confortable tant convoités par les habitués. C’était tellement différent lorsque la musique n’emplissait pas le haut plafond du club, qu’elle se surprit à frissonner, pourtant chaudement emmitouflée dans un sweat épais aux couleurs de son université.
L’ambiance survoltée des débuts de soirées avait laissé place à la lourdeur inquiétante du mauvais côté de la nuit, à l’heure à laquelle traînaient encore les dernières âmes esseulées, trop ivres ou trop tristes pour rentrer. Elle en avait sans doute rencontrées sur le long trajet la menant jusqu’ici, sauf qu’elle ne les avait pas remarquées, trop absorbée par la route pour laisser traîner son regard ailleurs. Assise sur un tabouret haut, son ongle vernis triturait l’écaille du comptoir en bois patiné, et elle soupira en repensant au râle alcoolisé qui s’était échappé du combiné de son téléphone portable qu’elle avait collé à son oreille quand, après une semaine d’absence, elle s’était s’engagée dans le lobby de son immeuble pour retrouver son appartement.

Ces derniers jours avaient été une succession pénible d’entretiens, de quoi lui faire perdre l’équilibre… Et la ramener à des souvenirs qu’elle préférerait oublier. L’angoisse avait été permanente, mais elle avait su la gérer avec le même flegme qui lui permettait de travailler avec Tate : en ne cillant pas devant les provocations malhonnêtes des journalistes, en souriant poliment dès que l’on remettait sur la table sa ressemblance physique frappante avec sa génitrice. Par chance, elle était soutenue par son collaborateur qui n’hésitait pas un instant à user de son foutu mauvais caractère pour lui permettre de retrouver contenance lorsque les questions sur sa mère se faisaient un peu trop insistantes – elle devait reconnaître que son soutien bourru était plus que précieux dans ce genre de moments, et qu’il l’aidait même à l’apprécier un peu.
Elle soupira une nouvelle fois, et son regard se détacha graduellement du comptoir. Il passa la barrière de son épaule, et s’arrêta sur la porte des toilettes placée juste derrière elle : Toledo lui paraissait plus loin qu’elle ne l’était en réalité, peut-être parce que le fameux coup de fil qu’elle avait reçu quelques heures plus tôt l’avait trop brusquement ramenée à la réalité.

« Tu me connais, je suis plutôt du genre à ne juger personne. » commença-t-elle en pivotant sur ses hanches pour faire tourner l’assise de son tabouret. La petite cassure naturelle dans le fond de sa gorge s’échappa doucement pour rompre le silence de la pièce, tandis que Nat se redressait, toisant la silhouette de Milan qui avait ouvert la porte des toilettes « Mais là... Si je peux me permettre, t’as vraiment une sale tête. »

Elle doutait que ce soit ce que le jeune homme voulait entendre, mais c’était la meilleure entrée en matière qu’elle gardait dans sa manche – la fatigue se faisant ressentir, sa verve n’était jamais très bonne dans ces circonstances. Elle observa Milan, plissant les paupières en tachant de retenir un sourire pour ne pas le froisser pour de bon, quand sa mémoire se mit en route. Rapidement, les fois où elle avait trouvé son propre frère, Dorian, avec la même dégaine lui revint en tête, et bien qu’elle eût cessé de chercher à mettre le doigt sur les raisons de l’amitié qu’ils entretenaient tous les deux, et ce depuis des années, elle comprit définitivement ce qui liait solidement les deux musiciens : ils se ressemblaient, c’était viscéral. Voilà pourquoi Natalia avait quitté Orono aussi tard pour rejoindre Rockland, et ce sans même se poser de questions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: (2016) roll with it + milan c.   Mer 12 Avr - 17:10


"And that I'll fight my corner,
Maybe tonight I'll call ya,
After my blood turns into alcohol"

Pendant longtemps, le club lui avait rappelé ses échecs et ses erreurs. Le souvenir de ce vieil homme âgé et à moitié sourd traversait son esprit. Lui qui lui avait donné les clés de l'endroit alors qu'il perdait pied, qu'il perdait son rêve de vue. L'arrogance au fond du cœur, il avait tout d'abord refusé l'offre, il n'avait jamais voulu de ça, ce n'était pas ce qu'il avait prévu de faire de sa vie. Mais au final, le besoin d'argent, la possibilité de faire quelque chose qui puisse rendre Olivia un tant soit peu fière l'avait dissuadé. A chaque fois qu'il foulait le sol de cet endroit bercé par le son des instruments de musique, des rires, des applaudissements des clients, il se souvenait. Il se souvenait qu'il avait tout raté et qu'il ne s'en sortirait jamais. Mais depuis son divorce, cet endroit était devenu son refuge. Il passait des heures assis au piano lorsque le club était vide, parfois il s'endormait accoudé au bar, parfois il restait juste assis à une table dans le silence et ne bougeait que lendemain matin. Il parvenait à trouver une certaine paix intérieure ici, même si elle était de courte durée.

Exténué, il se contentait de ranger les chaises trainant par-ci par-là. Le club était presque vide ne restait que les habitués -du club et de la boisson. Un soupir traversait ses lèvres. Il n'avait pas bu une goutte d'alcool depuis des semaines. Il s'était promis d'arrêter, pas pour lui, mais pour sa fille. Il ne voyait aucun problème à se tuer à petit feu soir après soir, mais s'il continuait de la sorte, la garde de sa fille pouvait lui passer sous le nez et il ne pouvait absolument pas l'envisager. Un jour de visite par semaine lui paraissait déjà si peu, il loupait déjà tellement de choses qu'il ne pouvait pas accepter plus. Ca ne lui était jamais apparu comme un défi, ce serait simple, se disait-il. C'était tout le contraire. Ses nuits étaient agitées, il expériençait des sautes d'humeur et voir des ivrognes tous les soirs au club ne l'aidait pas. Loin de là. Il passait une main lasse dans ses cheveux avant de se diriger vers les toilettes. S'accoudant à l'évier, il fixait son reflet pendant quelques secondes. Après avoir rincé son visage à l'eau froide à plusieurs reprises, il sortait et se dirigeait vers le bar. Un léger sourire faisait son apparition au coin de ses lèvres lorsqu'il apercevait Natalia tournait sur son tabouret. Quoi que pendant une seconde ça lui avait donné la nausée. Une sale tête ? C'était un euphémisme. Il ne pouvait s'empêcher de ricaner sarcastiquement à cette remarque. « Merci ? C'est vrai qu'à côté de toi, j'ai l'air minable. » lâchait-il simplement ne sachant pas vraiment quoi dire. « Disons que j'ai du mal à dormir ces derniers temps, et il y a toujours plus de choses à faire ici. » Ce n'était pas faux, mais pas totalement vrai non plus. Il s'emparait d'un torchon et s'affairer à essuyer les verres. Il ne voulait pas vraiment en parler même s'il ça lui brûlait les lèvres de cracher toute cette haine qu'il gardait à l'intérieur. Il ne savait plus où il allait, ce qu'il faisait. Il essayait juste d'avancer, titubant et faisant de son mieux pour ne pas trébucher et ce serait mentir de dire qu'il n'était pas heureux de la voir, assise au bar en face de lui. Plongeant son regard dans le sien, il n'en disait rien, mais espérait qu'elle comprenne.
ps:
 
Revenir en haut Aller en bas
Natalia Lindberg
avatar
with my feelings on fire, guess i'm a bad liar

petits mots : 427

⇥ my note-book.
availability: 〉close 2/2 (tate, lexie)
contact book:

MessageSujet: Re: (2016) roll with it + milan c.   Sam 15 Avr - 10:37

« C’est pas avec un compliment que tu vas t’en sortir, Conley. » répondit simplement la jeune femme. Passant au-dessus de toutes les convenances induites par sa bonne éducation, elle choisit de vite rentrer dans le vif du sujet.

Elle connaissait assez bien l’esprit Conley pour en avoir pratiqué un de façon plus poussée pendant quelques années. Il fallait creuser pour arriver à ses fins, extraire ce qu’il y avait à extraire – et ce n’était pas toujours joli – pour mieux travailler sur ce qui les taraudait, et réussir à soulager la peine qui galvaudait le caractère profondément attachant qu’ils dissimulaient sous une épaisse couche d’affliction. Parfois, c’était un travail de longue haleine, mais par chance, Nat était patiente. C’est vrai, il y avait eu des moments, lorsqu’elle côtoyait encore Dallas, où ça l’avait secrètement frustrée d’être confrontée à tant de réserves, mais elle en avait conclu que, autant chez lui que chez les autres Conley, c’était tout à leur honneur de ne pas s’étaler sur leur malheur pour le seul plaisir de se faire plaindre par autrui. Et au-delà de leur milieu social diamétralement opposé, elle avait même fini par admettre qu’il y avait chez cette famille une nette ressemblance avec la sienne : se complaire dans les lamentations n’était pas une option, et même si ça voulait dire souffrir plus que nécessaire, intérioriser restait le meilleur choix à faire à leurs yeux, c’était une question de dignité.

Natalia fit un tour de tabouret complet avant de s’accouder au bar, et tout en plissant les paupières, elle fit entrer Milan dans sa ligne de mire en lui rappelant :
« Tu m’as appelé, je suppose que c’est pas pour me faire un bilan de tes insomnies. Quoi que je t’assure que ça m’intéresse, mais… » Elle l’observa un court moment, le menton adroitement calé dans le creux de sa main « Tu devrais engager quelqu’un pour te remplacer la semaine et te contenter des weekends ? Ça te laisserait plus de temps pour te consacrer à la musique. » Dorian avait le don, même basé à plusieurs milliers de kilomètres de Rockland, de s’exprimer directement à travers la bouche de sa petite-sœur. Ils n’étaient pas fusionnels comme on l’entendait, mais ils savaient parfaitement anticipés leurs réactions communes dans ce genre de situations, et peut-être que ce dont avait besoin Milan ce soir s’était de retrouver la bonne parole de son vieil ami, finalement. Natalia réfléchit un instant, passant mentalement au crible les alternatives qui s’offraient à elle en la matière.

La lueur tamisée du plafonnier se réverbéra pour mieux faire briller le vert soutenu de ses yeux qui rencontrèrent enfin ceux du musicien. Elle se souvenait de la première fois où elle l’avait rencontré, près de dix ans plus tôt. Le rôle qu’il avait joué dans son intégration au sein de la petite communauté de Rockland lui permettait de se comporter comme une sœur avec lui, alors après un long soupir, et tandis qu’elle déplia ses petits doigts sur le comptoir du bar pour en chasser la tension nerveuse qui s’était accumulée toute la semaine, elle lui lança avec franchise :

« Tu vas finir par exploser, et quand tu t’y attendras le moins. » Ça lui allait bien d’avancer ce genre de théorie. Natalia elle-même avait un talent déclamé pour le flegme, ce qui nourrissait goulument l’anxiété qui sommeillait en elle ; en matière de fulmination impromptue, elle s’y connaissait, donc. Elle marqua une pause durant laquelle elle se redressa pour surplomber légèrement le bar de sa petite taille, et elle poursuivit « Vaut mieux que ce soit devant moi que devant Olivia. Ou pire, devant Talia. » Elle pinça doucement les lèvres, puis pencha la tête sur le côté pour chercher le regard de Milan qu’elle encouragea d’un petit signe de tête « Parle. Je peux encaisser. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: (2016) roll with it + milan c.   

Revenir en haut Aller en bas
 
(2016) roll with it + milan c.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Team saurus, roll jordan
» [Super Nintendo] Rock'n Roll Racing
» Grand Prix Milan
» Go roll, Rick ! ! !
» 10/09 - GPT Milan - Leuven

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE LAST FIVE YEARS. :: (gotta have faith) :: easy come easy go :: tale as old as time-
Sauter vers: