AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ( i don't have dreams, i have goals )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité


MessageSujet: ( i don't have dreams, i have goals )   Lun 20 Mar - 15:07



bobbi keating
"kill them with a smile
bury them with success"

© DAILYHUNDRED/suits

- nom complet : roberta keating, un patronyme lourd à porter quand on est môme, trop lourd pour bobbi qui a fait du tendre surnom de sa grand-mère son prénom. c'est ainsi qu'elle s'est toujours présentée, ainsi qu'on l'a toujours appelée. bobbi. - âge : vingt-deux ans, en paraîtrait quinze parfois, quatre-vingt à d'autres moments. vingt-deux ans et déjà une vie trop remplie derrière elle. - origines et nationalité : américaine aux origines diverses, pas vraiment connues. sans doute a-t-elle des ancêtres descendus d'un bateau venu d'irlande, d'angleterre ou de france, il y a des décennies et des décennies, qui sait. - profession : propriétaire d'une boutique d'antiquités, job hautement improbable pour la gamine surdouée qui se destinait au droit. - statut civil : célibataire, accrochée à une relation qui n'aboutira à rien, jamais. - situation financière : $$$, mise à l'abri du besoin par des héritages dont elle se serait bien passée. - traits de caractère : indépendante, bordélique, créative, sarcastique, dynamique, débrouillarde, rancunière, caractérielle, bruyante, généreuse, chaleureuse, bavarde, maladroite, névrosée, curieuse, impatiente, agaçante, loyale, têtue, altruiste, ambitieuse. - groupe : in the moment, freinée dans sa lancée par un présent qu'elle n'avait pas anticipé.

climbing uphill—
- en quelques lignes, à quoi votre vie ressemblait-elle il y a cinq ans ? il y a cinq ans, je terminais le lycée et je passais mes week-ends à faire du baby-sitting ici et là, en attendant d'aller à l'université. tout semblait plus simple et pourtant j'avais hâte d'en avoir fini avec tout ça. avec rockland, avec le lycée, avec l'enfance. je n'avais rien ou presque à gérer. on ne se rend compte de la chance qu'on a qu'après, pas vrai ? j'ai parfois l'impression de ne pas avoir assez profité de cette époque-là. - depuis ce jour quels ont été les amélioration et les déclins dans votre vie ? j'ai grandi. je ne sais pas, je peux boire légalement ? j'ai enfin touché l'héritage de mes parents ? ça semble tellement superficiel. j'ai voyagé, j'ai aimé et pleuré, j'ai vécu. je n'avais pas réalisé à quel point la vie à rockland pouvait être plate, surtout en étant ado. ces cinq dernières années ont été pour le moins mouvementées et remplies, et je ne les regretterais pour rien au monde. je changerais bien deux ou trois choses, évidemment mais on ne peut pas revenir en arrière. alors évidemment, je me passerais bien de la mort de jane et je ne sais pas comment je vais réussir à passer à autre chose, pas en vivant à sa place, dans sa boutique, dans sa maison mais il faut bien avancer. - quelles sont vos principales motivations dans la vie ? je ne sais pas. pour être honnête, je suis fatiguée. fatiguée de me plier aux exigences d'autrui, fatiguée de toujours faire passer les besoins des autres avant les miens. avant, il y avait l'école et les projets. je voulais vivre à new york, faire carrière dans un cabinet qui finirait par porter mon nom. et aujourd'hui, je me retrouve au point de départ. et seule, complètement seule cette fois. alors pour la motivation, on repassera. - pour vous, qu'est-ce que rockland représente ? j'ai grandi ici, je connais la ville comme ma poche et j'en ai fait le tour, autant au sens propre que figuré. je ne devais pas revenir, je ne pensais pas m'installer là. alors pour l'instant, rockland a des airs d'enfer sur terre, pour moi en tout cas. je ne renie pas mes racines, loin de là, mais j'avais d'autres ambitions que de continuer à assister au festival du homard après être partie à harvard. - placez les termes suivants dans l'ordre d'importance, selon vous: famille, amitié, amour, argent, estime de soi, carrière. estime de soi, famille, amitié, amour, carrière, argent. - imaginez et décrivez nous une vie idyllique. dans l'idéal, à l'heure qu'il est, je devrais vivre à boston et être encore à harvard, sur le point de terminer mes études. jane serait toujours en vie, rockland serait un petit point dans mon rétroviseur. peut-être que j'aurais quelqu'un dans ma vie, peut-être que je me concentrerais sur moi, qui sait. mais ce qui est certain, c'est que dans un monde parfait, je ne serais pas là, coincée dans le Maine. - quels sont vos vœux et vos envies pour les cinq prochaines années ? me débarrasser de cette stupide boutique peut-être et partir. il n'y a rien pour moi ici, sinon des souvenirs désagréables.

moving too fast—
- mad sounds, arctic monkeys. - fluorescent adolescent, arctic monkeys. - straight for the knife, sia. - whispers, passenger. - keep on walking, gabrielle aplin. - stitches, shawn mendes. - save myself, ed sheeran. - we can never go back, joy williams. - lost boy, ruth b. - keep breathing, ingrid michaelson. - million years ago, adele. - middle names, devendra banhart. - used, wyvern lingo (...)

i'll be there soon—
I. Bobbi a été élevée par sa tante et sa grand-mère. Ses parents sont décédés dans un accident de voiture peu de temps après sa naissance et elle ne connaît d'eux que les photos qui couvraient les murs de la maison familiale et les anecdotes rapportées par des proches. On l'a souvent plainte et regardée avec pitié mais Bobbi n'a manqué de rien. Elle a été aimée et choyée par deux femmes fortes qui ont été d'excellents modèles. Jane, sa tante, est décédée à la fin de l'année dernière d'un foudroyant cancer du pancréas. Cette perte a grandement ébranlée Bobbi qui n'a pas hésité une seule seconde à exécuter les dernières volontés de sa tante en reprenant sa boutique. II. Bobbi est dotée d'un quotient intellectuel évalué à 136. Elle a suivi des cours avancés dès l'âge de douze ans, époque à laquelle sa tante a consenti à l'emmener passer des tests auprès d'un spécialiste. Jane a bien pensé à l'envoyer dans une école spécialisée mais Bobbi a toujours refusé, assurant qu'elle ne s'ennuyait pas à Rockland. C'était, certes, loin d'être vrai mais elle a toujours été terrorisée par la perspective d'être loin de chez elle et des siens. Une crainte encore présente aujourd'hui, si bien qu'elle a toujours fait le voyage jusqu'à Rockland depuis Boston chaque fois qu'elle en avait l'occasion, que ce soit pour un simple week-end prolongé ou les vacances scolaires. Revenir s'installer à Rockland, malgré les circonstances, l'a rassurée, quoi qu'elle en dise. III. Bobbi est d'une nature très stressée. Enfant, c'était un problème qui l'amenait parfois à manquer la classe mais elle le gère plutôt bien. Certes, elle parle souvent toute seule et il n'est pas rare de la voir se tordre les mains en marmonnant dans sa barbe, mais elle gère, elle gère vraiment. Bien mieux que lorsqu'elle était gamine en tout cas. Elle cuisine pour passer ses angoisses et peut aisément se retrouver avec une cuisine plein de cupcakes sans trop s'en rendre compte. Elle court aussi, assure que ça lui vide la tête. Elle a ses trucs, ses astuces qui lui rendent la vie plus douce. IV. Bobbi a soif d'apprendre, depuis toujours. C'est ce qui l'a poussée à apprendre le russe par elle-même, en dévorant bouquins et pages internet. C'est ce qui peut la convaincre que passer la nuit à lire est une bonne idée. Bobbi aimerait tout savoir et quiconque prétend que ce n'est pas possible ne devrait pas la mettre au défi de le faire en le lui disant. V. La première (et unique) fois que Bobbi est tombée amoureuse, elle avait à peine quatorze ans et elle ne s'est pas méfiée. Elle n'imaginait pas qu'on puisse lui faire du mal, n'imaginait pas qu'on puisse l'utiliser. Aujourd'hui, huit ans plus tard, elle n'a toujours pas vraiment tourné la page. Elle ne comprend pas comment elle a pu être aussi bête, ne comprend pas pourquoi elle redemande. Ca la dépasse et elle déteste ça. C'est en grande partie pour ça, pour cette relation toxique, sans avenir, qu'elle s'était promise de ne plus revenir à Rockland. Elle aura tenu cette promesse quasiment un an, préférant téléphoner et écrire des lettres que de mettre les pieds dans cette maudite ville. Sans Jane et son cancer, elle aurait sans doute réussi à rester loin mais le destin, ce triste farceur, en a décidé autrement.

(...)

Les poignées de mains s'étaient succédées, nombreuses, sans fin. Bobbi avait tâché de sourire, sans entrain, sans envie. Jane venait tout juste d'être enterrée, personne ne s'attendait décemment à ce qu'elle soit une bonne hôtesse. Elle s'était laissée mener jusqu'à la maison familiale où, déjà, les bouchons sautaient et les verres s'entrechoquaient, se mêlant aux rires. Ils la dégoûtaient, tous, avec leur joie nostalgique, leurs souvenirs émus, leur compassion. Personne ne comprenait, personne ne pouvait comprendre, pas même Granny. Ils ne savaient pas ce que la présence de Bobbi impliquait, ne savaient pas ce qu'elle avait sacrifié pour être là, frêle dans sa petite robe noire, le nez rouge et les cheveux collés aux joues par les larmes. Elle était pitoyable, avait l'air d'avoir douze ans, perchée en haut de l'escalier, un verre à la main. On le lui avait apporté sans un mot, elle n'avait pas relevé le nez, n'avait même pas dit merci. Ils ne savaient pas ce qu'elle venait d'abandonner et ils plaisantaient tous, évoquaient Jane et son infatigable bonne humeur, son rire et sa passion pour sa boutique. Stupide boutique. Bobbi avait rendez-vous la semaine suivante pour régler le sort de cette foutue boutique et elle savait déjà ce qui allait se passer. Elle avait étudié toutes les possibilités avec honte, tandis que sa conscience lui hurlait qu'elle avait tort. Tort de chercher une sortie, tort de vouloir s'échapper. Tort de ne pas écouter la dernière volonté d'une mourante. Et pourquoi Jane, la tendre Jane qui connaissait si bien sa nièce, qui l'avait élevée, pourquoi Jane aurait-elle voulu que Bobbi laisse tomber Harvard, le droit et ses rêves de grande carrière pour une pathétique boutique au bord de la ruine ? Pourquoi la forcer à revenir à Rockland alors qu'elle savait fort bien que Bobbi ne voulait plus y mettre les pieds ?

- pseudo/prénom : J. - âge : 20. - pays/région : Fr. - où avez-vous connu le forum : Bazzart. - vos commentaires : très bonne idée et le forum est très cute I love you - autre : /
Code:
[b]Alycia Debnam Carey[/b] <t5>//Bobbi Keating</t5>


Dernière édition par Bobbi Keating le Lun 20 Mar - 17:27, édité 23 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: ( i don't have dreams, i have goals )   Lun 20 Mar - 15:11

leeeeeexa :omg: bienvenue ici :eyes2:
Revenir en haut Aller en bas
Ginny Holloway
avatar
leave this blue neighbourhood.

petits mots : 624

⇥ my note-book.
availability: free (3/4).
contact book:

MessageSujet: Re: ( i don't have dreams, i have goals )   Lun 20 Mar - 15:27

Mon dieu, Alycia et ce pseudo. :dead: :dead: :dead:
Bienvenue sur le forum, j'ai vraiment hâte d'en lire plus sur Bobbi. :aw:
Si tu as besoin de quoi que ce soit, le staff est là. cat

_________________
Some people can't get success with their art. Some people never feel love in their heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: ( i don't have dreams, i have goals )   Lun 20 Mar - 15:40

merci beaucoup à vous deux I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: ( i don't have dreams, i have goals )   Lun 20 Mar - 15:42

ce canon :dead: :dead:
bienvenue parmi nous :mini:
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: ( i don't have dreams, i have goals )   Lun 20 Mar - 16:03

merci nana I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: ( i don't have dreams, i have goals )   Lun 20 Mar - 16:12

Bienvenue parmis nous
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: ( i don't have dreams, i have goals )   Lun 20 Mar - 16:16

merci I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: ( i don't have dreams, i have goals )   Lun 20 Mar - 16:39

Bienvenue officiellement :eyes:
Hâte de découvrir le personnage I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: ( i don't have dreams, i have goals )   Lun 20 Mar - 16:42

CE PSEUDO ET ALYCIA :dead: :dead: Bienvéue par ici :happy:
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: ( i don't have dreams, i have goals )   Lun 20 Mar - 16:52

Merci beaucoup I love you

encore désolée Roy :cute: mais merci !
Revenir en haut Aller en bas
Ginny Holloway
avatar
leave this blue neighbourhood.

petits mots : 624

⇥ my note-book.
availability: free (3/4).
contact book:

MessageSujet: Re: ( i don't have dreams, i have goals )   Lun 20 Mar - 17:30

Les chansons, ton personnage, ton style d'écrire. Je suis en amour. :scream: :scream: :scream: :scream: :scream:
Je te valide, bon jeu sur le forum avec Bobbi. :rose:

_________________
Some people can't get success with their art. Some people never feel love in their heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: ( i don't have dreams, i have goals )   

Revenir en haut Aller en bas
 
( i don't have dreams, i have goals )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fragile Dreams.
» [SKULLTAG] Hell after dreams 3?
» [SKULLTAG] Hell After Dreams 1 et 2
» Présentation de Jodie-Dreams
» « Dream until your dreams come true » said Curtis.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE LAST FIVE YEARS. :: (gotta have faith) :: easy come easy go :: say you'll remember-
Sauter vers: